L’Eglise peut-elle pardonner les péchés des non-chrétiens ?

lundi 22 juin 2015, par theopedie

En bref : L’Eglise ne peut pardonner les péchés que de ceux qui sont baptisés. Les personnes non-baptisées relèvent exclusivement du tribunal divin et non pas ecclésiastique.

Les circonstances dans lesquelles Jésus déclare donner à Pierre en sa qualité de premier des disciples le pouvoir de lier ou de délier indiquent clairement qu’il a en vue l’autorité judiciaire et le traitement des pécheurs baptisés au sein de l’Église. C’est en effet après avoir raconté la parabole de la brebis égarée, après avoir fait l’application de cette parabole au membre pécheur de l’Église, et après avoir demandé le jugement de ce pécheur par l’Église, qu’il étend à tous les apôtres le pouvoir de délier et de lier (Matthieu 18).

Ainsi, le pouvoir des clés, c’est-à-dire le pouvoir de remettre les péchés, ne peut être exercé à l’égard de « ceux qui sont dehors », c’est-à-dire ceux qui n’ont pas reçu le baptême, mais seulement à l’égard de ceux qui sont « au dedans » (1 Corinthiens 5, 12), c’est-à-dire ceux qui, par le baptême, ont été incorporés à la communauté de l’Église et sont librement soumis à sa juridiction. Ceux qui n’ont point reçu le baptême relèvent immédiatement et exclusivement du tribunal de Dieu.

Répondre à cet article