L’Absolu est-il une notion incohérente ?

mardi 25 février 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

En bref : Quoiqu’en disent certains philosophes (notamment Kant), il n’y a aucune raison substantielle de penser que la notion d’existence nécessaire et absolue soit impossible. Au contraire.

JPEG - 218.1 ko
David Hume
Philosophe sceptique anglais

Un certain nombre de philosophes du XXe siècle affirment avec Hume que seules les vérités logiques peuvent être nécessaires, et que les notions mêmes de « fait nécessaire » ou de « existence absolue » sont incohérentes et, partant, impossibles.

Le principe invoqué par Hume se retourne toutefois contre lui-même. Ceux (Hume, Russell, etc) qui supposent que, par définition, seules les vérités logiques et définitionnelles sont nécessaires, prétendent dire quelque chose d’instructif, c’est-à-dire quelque chose ayant une portée concrète. Mais comment le principe « par définition, seules les vérités logiques et définitionnelles sont nécessaires » pourrait-il avoir une portée métaphysique et concrète, à moins d’être lui-même fondé dans la réalité ? Et si, dans la réalité il n’existe aucune réalité nécessaire, comme ce principe pourrait-il être autre chose qu’un principe fondé sur une réalité contingente ? Quel genre de faits contingents dans le monde réel implique qu’il n’y ait aucune nécessité extra-logique ? Quelle justification empirique les anti-absolus possèdent-ils pour étayer leur affirmation ?

JPEG - 66.5 ko
Glasow
Le progrès arrive lorsque l’impossibilité cède à la nécessité.

Il n’y a qu’une possibilité pour Hume et ses détracteurs : invoquer comme justification le fait qu’il n’existe que des réalités contingentes. Mais, on remarquera que soit le fait invoqué est nécessaire et le principe tombe, soit il est contingent. Dans ce cas, on affirme qu’il n’y a de réalité que des réalités contingentes, mais qu’il aurait été possible qu’il en soit différemment. Autrement dit, il aurait été possible qu’il existe des réalités nécessaires.

On est donc obligé à reconnaître, en droit, l’existence possible d’une réalité « absolue » ou « nécessaire » (possibilité de jure). Cette possibilité en droit devient une voie de fait avec l’argument cosmologique : cette réalité absolue, non est seulement est possible, mais on peut démontrer qu’elle existe de fait (possibilité de facto).

Necessary Being 1
RC Sproul
Doulos Iesou Christou

Face à cette double possibilité, le détracteur en est réduit à une simple dénégation et clame que l’on ne peut parvenir à quelque notion de modalité qui ait du sens, sauf à la remplacer par la notion claire et précise de « cohérence logique ». Il s’agit toutefois là d’une pétition de principe puisque la notion d’existence absolue est parfaitement compréhensible. Cette négation radicale de la modalité s’apparente en réalité à une sorte de terrorisme intellectuel, sapant à la base toutes les fructueuses recherches en philosophie modale à propos de la nature des lois naturelles, de l’épistémologie, de la décision, de l’action et de la responsabilité, et d’une foule d’autres applications.

P.-S.

Cet article a été en partie rédigé à l’aide de l’article de Koons : A new look on the cosmological argument.

1 Message

  • L’Absolu est-il une notion incohérente ? Le 15 juillet à 21:35, par Patrice

    Bonjour,

    Que répondre à ceux qui disent que « l’inexistence de l’absolu » est un fait qui n’est ni contingent, ni nécessaire ? En gros, ceux qui rejettent la distinction nécessaire/contingent ?

    Merci pour votre réponse, et encore bravo pour votre site !

    Patrice

    Répondre à ce message

Répondre à cet article