L’Absolu est-il présent en toutes choses ?

mercredi 30 avril 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

En bref : Une réalité existe partout où elle opère. Or, l’absolu opère dans tous les êtres puisqu’il leur donne d’exister. Donc, l’absolu étant, par nature, l’existence même, il est présent en toutes choses de la manière la plus intime.

 Justification

Dieu est présent en toutes choses, non point qu’il soit en eux un élément constitutif ou une qualité surajoutée, mais à la manière dont une cause est présente dans son effet. Car il faut que tout principe actif soit en contact avec la réalité sur laquelle il agit en propre, et qu’il l’atteigne par sa force. C’est de là que part Aristote (Phys. lib. VII, 40) pour prouver qu’il faut que le moteur et l’objet qu’il meut existent simultanément. Dieu étant, par nature, l’existence même, il faut que toute réalité historique soit son effet propre : comme la radiation est l’effet propre d’une source de chaleur. Or, Dieu a pour effet de produire et de conserver l’existence des réalités, non-seulement lorsqu’elles émergent, mais aussi tant qu’elles durent : comme une onde lumineuse est produite par un objet et dure tant que celui-ci est excité. Par conséquent, tant qu’une réalité existe, il faut que Dieu lui soit présent conformément à sa manière d’être. Et, comme l’existence est ce qu’il y a de plus intime en toute chose et ce qu’il y a de plus noble, puisque l’existence est l’acte de la structure de la réalité. Et ainsi, Dieu existe en toutes choses et d’une manière intime.

Psaume de la création
Rythme 6-8 - Guitare & Liturgie - Tutorial
Isèreanybody pastojeunes, DmN8AnJZG5c

 Réponse aux objections

(1) Il semble que Dieu ne soit pas en toutes choses. Car ce qui est au-dessus de tout, de par sa transcendance même, n’est pas en toutes choses. Or, Dieu est au-dessus de tout, d’après cette parole du Psalmiste (Ps. cxii, 4) : Le Seigneur est au-dessus de toutes les nations. Donc Dieu n’est pas en toutes choses.

  • Il faut répondre que Dieu est au-dessus de tout par l’excellence de sa nature, et que cependant il est en toutes choses parce qu’il est la cause de tout ce qui existe.

(2) Ce qui est dans une chose est contenu par elle. Or, Dieu n’est pas contenu par les choses, mais plutôt il les contient. Donc Dieu n’est pas dans les choses, mais les choses sont plutôt en lui. C’est pourquoi saint Augustin dit (lib. lxxxiii qq. q. 20) que toutes les choses sont en lui plutôt qu’il n’est quelque part.

  • Il faut répondre que quoiqu’on dise que les réalités corporelles sont dans un milieu qui les contient, il n’en est pas de même des réalités spirituel les. Elles contiennent au contraire les choses dans lesquelles elles existent, comme l’âme contient le corps. Ainsi donc on dit que Dieu est dans les choses parce qu’il les contient ; mais cela n’empêche pas de dire, par analogie avec les choses corporelles, que tout est en Dieu dans le sens qu’il renferme tout.
Psaume de la création
Rythme 6-8 - Guitare & Liturgie - Tutorial
Isèreanybody pastojeunes, DmN8AnJZG5c

(3) Plus un agent a de puissance et plus son action agit à distance. Or, Dieu est l’agent qui a le plus de puissance. Son action peut donc s’étendre aux choses qui sont les plus éloignées de lui, et il n’est pas nécessaire qu’il soit en elles.

  • Il faut répondre que tout agent, quelque puissant qu’il soit, n’agit sur un objet éloigné que par le moyen d’un milieu (ou sinon, c’est la notion de distance spatiale qui doit être revue). Mais la toute-puissance de Dieu a ceci de particulier qu’elle s’exerce immédiatement sur toutes choses. Car il n’y a rien qui soit éloigné de Dieu, puisqu’il renferme tout en lui-même. On dit cependant qu’une chose en est éloignée en raison de la différence qui existe entre elle et lui au point de vue de la nature ou de la grâce ; comme on dit qu’il est au-dessus de tout par l’excellence de sa nature.

(4) Les démons sont des êtres, et cependant Dieu n’est pas en eux. Car il n’y a pas de rapport entre la lumière et les ténèbres, comme le dit saint Paul (II. ad Cor. vi, 15). Donc Dieu n’existe pas en toutes choses.

  • Il faut répondre que, dans les démons, on doit distinguer la nature qui est l’œuvre de Dieu et la tache du péché qui ne provient pas de lui. C’est pourquoi on ne peut dire sans nuance que Dieu soit parfaitement présent dans les démons : il n’est en eux que du point de vue de leur existence. Mais pour les choses dont la nature n’a point été déformée on doit dire que Dieu existe parfaitement en elles.

Documents joints

Répondre à cet article