Jésus n’a-t-il donné le droit de pardonner qu’à Pierre et aux apôtres ?

mercredi 1er juillet 2015, par theopedie

PNG - 1.1 Mo
Le pouvoir des clés
Symbole de la papauté, et du gouvernement de l’Eglise.

Les apôtres ont été les premiers, mais non point les seuls possesseurs du pouvoir des clés, fondement du pouvoir sacramentel de remettre aux fidèles leurs péchés. Ce n’est pas comme personnes privées, c’est comme envoyés de Jésus Christ, comme chefs officiels de l’Eglise, en qualité de dispensateurs des mystères de Dieu (1 Corinthiens 4, 1-5) que les apôtres ont reçu ce point qui a été donné pour le bien des fidèles, et qui, dès lors, doit subsister dans l’Eglise aussi longtemps qu’il y aura des âmes à justifier.

C’est d’ailleurs en ce sens qu’on voit Paul instituer dans les Eglises qu’il a fondées des ministres capables de pardonner les péchés.

Répondre à cet article