Jésus est-il omniscient d’après la Bible ?

samedi 16 novembre 2013, par theopedie

En bref : Selon la Bible, Jésus était omniscient, mais son omniscience ne s’est explicitée que dans les domaines précis de la religion et de la morale.

Beaucoup de passages du Nouveau Testament accordent à Jésus une connaissance surnaturelle (Luc 5, 21-22 ; Jean 6, 64 ; Jean 1, 48 ; Jean 4, 17-18 ; Le livre de l’Apocalypse). Toutefois cette connaissance surnaturelle, qui reflète la dimension divine de Jésus, se manifeste uniquement dans des domaines précis : la religion, la morale, la spiritualité, la psychologie des gens qui l’entourent et leurs intentions. Il est d’autres domaines où, au contraire, Jésus n’apparaît pas comme étant explicitement omniscient.

  • Nulle part, on ne dit de Jésus qu’il possédait la plénitude du savoir scientifique.
  • Concernant certains faits précis, notamment l’heure et le jour du jugement dernier, Jésus avoue ne pas savoir.

 Une question d’apologétique

Apologétique musulmane
L’apologie : souvent du bon sens
mélangé avec de la mauvaise foi...
Youssef Abd Allah

Comment alors parler encore d’omniscience ? Cette question est souvent posée dans le débat islamo-chrétien : selon le discours apologétique musulman,

  • Jésus ne peut être Dieu s’il n’est pas omniscient,
  • Jésus ne connaît pas date du jugement dernier.
  • Jésus ne peut être Dieu.

Avant d’étudier cette question plus en détail, notons déjà les points suivants :

  • Toute connaissance n’est pas bonne à acquérir. L’omniscience doit donc être qualifiée pour être un attribut divin.
  • Nulle part la Bible ne prétend que Jésus ait eu une omniscience explicite de toutes choses, et pourtant, cela ne l’empêche pas de proclamer Jésus fils de Dieu.
  • Faire de l’omniscience explicite de Jésus un point central de la Bible, c’est faire violence au texte. C’est en raison de sa sagesse et de sa perfection morale que l’on dit de Jésus qu’il est fils de Dieu, et non pas en raison de la somme de ses connaissances.

 Du point de vue de l’humanité

Pour la Bible, Jésus possède une double dimension. Il est à la fois humain et divin. Pour voir en quel sens on peut parler d’omniscience, il convient de choisir un éclairage particulier : que signifie être omniscient en tant qu’être humain ? et que signifie être omniscient en tant qu’être divin ? Commençons par la première question.

Jésus, Homme et Dieu
Intéressant, mais à prendre avec du recul
Alexis Masson

Quand bien même un homme aurait une intuition infaillible et quasi-infinie des choses humaines et divines, il ne pourrait expliciter ses intuitions qu’à travers le schéma séquentiel et temporel de la raison humaine. Ses pensées sont donc obligatoirement finies et restreintes aux centres d’intérêt qu’il aura choisi d’expliciter. De la même manière, au ciel, un homme peut bien contempler Dieu dans la vision béatifique, il n’en reste pas moins un homme et son intelligence finie. Il peut savoir tout ce qu’il a envie de savoir, mais ses désirs sont finis.

Ainsi Jésus peut-il avoir un génie religieux et humain indéniable (connaissance dite « infuse » en théologie classique) et contempler en son esprit Dieu lui-même (vision dite « béatifique »), en tant qu’homme, Jésus ne peut pas avoir une connaissance absolue et explicite de toutes choses dans la particularité de leur détail. Mais on fera attention au point suivant : si en tant qu’homme, Jésus ne peut avoir une omniscience explicite, la Bible lui attribue tout de même une omniscience implicite :

Si Jésus, dans son esprit, ne connaissait certainement pas tout ce qu’il pouvait connaître (omniscience explicite), il pouvait néanmoins connaître tout ce qu’il voulait connaître (omniscience implicite) ; et les choses que Jésus ne connaissait pas, c’est parce qu’il ne voulait pas les connaître qu’il ne les connaissait pas : non par ignorance mais par nescience.

Par exemple, lorsque Jésus affirme ne pas connaître la date du jugement dernier, ce n’est pas qu’il ne peut pas la connaître, mais parce qu’il ne veut pas la connaître. Et parce qu’il ne veut pas la connaître, il ne la connaît pas. Or une telle ignorance reste parfaitement compatible avec une omniscience implicite.

 Du point de vue divin

Du point de vue divin, en tant que parole divine, Jésus connaît la date de la fin du monde. Ainsi, le livre de l’Apocalypse, qui focalise sa représentation de Jésus sur ses caractéristiques divines, le dépeint comme le maître du monde et le maître des temps.

Toutefois, cette parole divine et la révélation du plan de Dieu se manifeste au cours des âges de manière progressive : Dieu commence par révéler son existence, puis ses lois, puis l’idéal auquel il appel tout homme, puis sa miséricorde, puis l’Esprit saint. Si le message de Dieu est empreint d’éternité et d’omniscience, il ne s’en déploie pas moins de manière progressive et pédagogique dans le temps.

PNG - 596.8 ko
Omniscience
Un peu plus que de l’humour...

Ainsi, au temps de Jésus, il n’appartenait pas encore aux hommes de connaître la date de la fin du monde. Ni non plus maintenant. Telle est d’ailleurs la réponse de Jésus à ses disciples en Matthieu 24, et que l’on pourra résumer ainsi : plutôt que de vous interroger sur la date de la fin du monde, restez vigilants et continuer à prêcher l’Evangile.

Ainsi, il n’y a rien d’étonnant à ce que la parole de Dieu soit, dans sa manifestation historique du premier siècle, encore incomplète et que Jésus, en tant que parole divine, ne sache pas certains aspects du plan divin. Cela veut simplement dire que le temps, pour Dieu, n’est pas encore venu de proférer cette information pour la communiquer aux hommes.

Répondre à cet article