Jésus est-il le grand-prêtre qui convenait aux hommes ?

vendredi 17 avril 2015, par theopedie

En bref : Pour la perfection du prêtre, en sa qualité d’intercesseur et d’avocat des hommes faibles et coupables, le prêtre doit réunir en lui la double vertu de miséricorde et de fidélité.

JPEG - 58.6 ko
Jésus en habit de grand-prêtre
Illustration pour enfants de la théologie de la lettre aux Hébreux.

Or, afin de nous inspirer une inébranlable confiance dans son rôle de médiateur, Jésus Christ, de condition divine, n’a pas craint de se faire obéissant et soumis aux hommes. Il a voulu “être semblable à ses frères en toutes choses”, sans le péché. Il a voulu être éprouvé par tout ce qui nous éprouve. Le Fils de Dieu a donc pris un cœur semblable au nôtre ; dans ce cœur humain, il a ressenti toutes les angoisses, toutes les souffrances.

Jésus Christ, sur la terre, “durant les jours de sa chair” a offert “avec un grand cri et des les larmes ses prières et ses supplications à celui qui pouvait le tirer de la mort ; il a été exaucé à cause de son humble respect” devant Dieu, et quoiqu’il fût Fils de Dieu, il n’a pas laissé d’apprendre l’obéissance par ce qu’il a souffert, et étant entré dans la consommation de sa gloire, il est devenu l’auteur du salut éternel pour tous ceux qui lui obéissent (Hébreux 5, 7-9)

JPEG - 87.2 ko
Jésus guérissant
Rembrandt

Ce cœur de prêtre compatissant est devenu « le trône de la grâce » pour tous ceux qui souffrent et qui sont éprouvés : ils ne resteront jamais sans secours s’ils regardent avec confiance ce « serpent de bronze » élevé en rémission des péchés, s’ils l’invoquent dans leurs maux, dans leurs difficultés, dans le combat de la dernière heure (Hébreux 2, 17-18 ; Hébreux 14, 14-16).

La science divine atteignait sans doute nos misères avec une sûreté et une précision que nulle science humaine n’égale, mais elle les voyait dans l’éternelle sérénité d’une contemplation que nulle souffrance n’a fait frémir. Au prêtre et au sauveur des hommes, il fallait une autre connaissance plus humble, mais plus émue, plus imparfaite, et toute pénétrée d’humaine compassion. J. Lebreton.

Répondre à cet article