Jésus a-t-il vraiment multiplié des pains ?

vendredi 28 juin 2013, par theopedie

Il n’existe qu’un seul miracle de Jésus rapporté par les quatre évangiles canoniques : la multiplication des pains. Ce miracle est si important que, sur quatre évangiles, trois le rapportent deux fois !

La multiplication des pains
Extrait de l’Évangile selon Jean
(en anglais...)
Antony Raj

Les apôtres revinrent et racontèrent à Jésus tout ce qu’ils avaient fait. Il les emmena et se retira avec eux seuls près d’une localité appelée Bethsaïda. Mais les gens l’apprirent et le suivirent. Jésus les accueillit, leur parla du Royaume de Dieu et guérit ceux qui en avaient besoin. Le jour commençait à baisser ; alors les douze s’approchèrent de Jésus et lui dirent : « Renvoie tous ces gens, afin qu’ils aillent dans les villages et les fermes des environs pour y trouver à se loger et à se nourrir, car nous sommes ici dans un endroit isolé. » Mais Jésus leur dit : « Donnez-leur vous-mêmes à manger ! » Ils répondirent : « Nous n’avons que cinq pains et deux poissons. Voudrais-tu peut-être que nous allions acheter des vivres pour tout ce monde ? » Il y avait là, en effet, environ cinq mille hommes. Jésus dit à ses disciples : « Faites-les asseoir par groupes de cinquante environ. » Les disciples obéirent et les firent tous asseoir.Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, leva les yeux vers le ciel et remercia Dieu pour ces aliments. Il les partagea et les donna aux disciples pour qu’ils les distribuent à la foule. Chacun mangea à sa faim. On emporta douze corbeilles pleines des morceaux qu’ils eurent en trop.

Lc 9, 10-17 (Bible en Français Courant=BFC])

Pour beaucoup de personnes, ce miracle serait en fait un pseudo-miracle. Jésus n’aurait pas vraiment multiplié les pains : il aurait simplement parlé à la foule sur la nécessité de partager et d’être charitable. Entendant les paroles du maître, des personnes dans la foule auraient alors cessé de cacher les morceaux de pains qu’elles tenaient cachées sous leur manteau pour les partager au reste de la foule [1].

Cette interprétation, pour morale et spirituelle qu’elle soit, semble néanmoins entrer en contradiction avec ce que le texte biblique rapporte.

JPEG - 189.4 ko
Église de Tabha
Lieu supposé de
la multiplication des pains

  • S’il s’agissait seulement d’un partage naturel des ressources, on comprend mal comment cet événement ait pu avoir à ce point une importance fondamentale aux yeux des auteurs bibliques qu’ils l’aient tous rapporté.
  • Il faut aussi rendre compte de l’étonnement de la foule et de son enthousiasme : après ce repas, la foule voulait couronner Jésus comme roi.
  • Les paroles des disciples, dans le texte rapporté ci-dessus, suggèrent que la foule n’a rien à manger.
  • Dans l’Évangile selon Matthieu 15, 32-38, Jésus dit que la foule est présente depuis trois jours et qu’elle est à jeun au point d’être prête à défaillir. Toujours dans ce passage, les disciples disent que cet endroit est désert et sans nourriture.

À suivre le texte évangélique, il ne semble donc y avoir aucun doute : il s’agit bien d’une multiplication des pains et non d’un simple partage. Bien sûr, on peut ne pas être d’accord avec le texte évangélique, dire que multiplier des pains est chose impossible, et donc qu’il s’agit d’un simple partage. Mais force est de reconnaître que cette interprétation s’écarte de la lecture naturelle du texte.

Ceci étant dit, il n’en reste pas moins vrai que le sens profond de ce miracle est effectivement l’exaltation du partage et de la fraternité. Certes, la symbolique profonde de ce texte permet de lui donner de multiples interprétation (Jésus, nouveau Moïse et nouvel Élie ; anticipation de cène ; allégorie de la parole de Dieu, etc), mais au cœur de cet épisode, il y a bien cinq pains et deux poissons. Ces cinq pains et deux poissons sont un don des disciples : don est maigre et dérisoire face à une foule entière à nourrir, mais béni par Jésus et sa bénédiction transforme cet acte de générosité en véritable miracle. Autrement dit, pour Dieu, il n’y a pas de petit acte de générosité : lui-même est le garant de nos bonnes intentions et il interviendra pour compléter ce qui leur manque.

Le saviez-vous ?

Cette multiplication des pains n’est pas la seule dans la tradition chrétienne. On raconte que certains grands saints étaient capables, eux aussi, de multiplier la nourriture. Par exemple, saint Dominique et, plus proche de nous, Don Bosco.

Notes

[1D’autres explications sont aussi possibles : le nombre de personnes était exagéré ; le pain n’est qu’une image pour parler de l’enseignement de Jésus ; Jésus n’a donné que des miettes de pains à chacun, etc.

3 Messages

  • Jésus a-t-il vraiment multiplié des pains ? Le 9 novembre 2014 à 15:19, par Bruno

    Et si le miracle de la multiplication des pains était une allégorie sur la faim spirituelle, l’enseignement qui nourrit l’âme et le fait que le savoir se multiplie à l’infini quand on le partage ?
    N’est-il pas logique alors de retrouver un témoignage de cette capacité parmi les grands saints qui sont aussi des guides spirituels ?

    Ce partage et ce repas, n’est-il pas au coeur même de l’enseignement spirituel chrétien ?

    Par avance merci pour vos réactions, Bruno.

    Répondre à ce message

    • Jésus a-t-il vraiment multiplié des pains ? Le 9 novembre 2014 à 15:48, par theopedie

      Vous avez parfaitement raison. On peut même aller plus loin et comparer la multiplication des pains avec le festin messianique où la sagesse, dressant sa propre table, se donne à manger à ceux qui ont faim d’elle. Cette allégorie est d’ailleurs reprise dans la manne au désert t dans l’eucharistie.

      Notons toutefois qu’il ne s’agit seulement d’une allégorie : il y a ceci de beau dans la vie du Christ et de l’Eglise que les allégories spirituelles ont souvent aussi une réalité matérielle, comme dans le cas de la multiplication des pains.

      Sur la question, plus technique, des différents sens de l’Ecriture, voici ce que dit saint Thomas :

      La multiplicité des sens en question ne crée pas d’équivoque, ni aucune espèce de multiplicité de ce genre. En effet, d’après ce qui a été dit, ces sens ne se multiplient pas pour cette raison qu’un seul mot signifierait plusieurs choses, mais parce que les réalités elles-mêmes, signifiées par les mots, peuvent être signes d’autres réalités. Il n’y aura pas non plus de confusion dans l’Écriture, car tous les sens sont fondés sur l’unique sens littéral, et l’on ne pourra argumenter qu’à partir de lui, à l’exclusion des sens allégoriques, ainsi que l’observe S. Augustin contre le donatiste Vincent.

      Répondre à ce message

  • Jésus a-t-il vraiment multiplié des pains ? Le 4 août 2015 à 15:47, par Gérald Leblanc

    La multiplication des pains, abordée uniquement au sens spirituel, demeure quand même au niveau du miracle accompli par Dieu. Car plus on avance dans dans la vie spirituelle, plus on passe de l’action volontariste à l’abandon à Dieu qui agit.

    Arrivé au sommet de l’union, dans la contemplation, les mystique expliquent que c’est alors Dieu qui fait tout et l’homme qui s’abandonne, disponible à sa grâce. Là, l’apport personnel du saint (ses cinq pains et deux poissons) est sa pauvreté, sa disponibilité profonde à la Présence de Dieu en lui ; cette participation toujours plus intime à la nature divine le rend toujours plus saint et fécond au centuple au milieu de ses frères et soeurs qui sont nourri par sa sainteté qui laisse passer Dieu à travers lui.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article