Jésus a-t-il institué les sacrements ?

samedi 27 octobre 2012, par theopedie

En bref : Jésus est la source immédiate des sacrements, mais soit de manière précise (baptême et communion), soit de manière générale (confirmation, pénitence, ordre, mariage, onction des malades). Dans ce dernier cas, ce sont les apôtres qui ont précisé le rite.

Pour les chrétiens, c’est Jésus lui-même qui a donné les sacrements à ses disciples. Jésus ne voulait pas que sa mort et sa résurrection soient vécues comme une séparation, et c’est pourquoi il a donné à la communauté qu’il avait fondée les sacrements. Quand ses disciples feraient mémoire de lui à travers ces sacrements, ils seraient en communion avec Jésus, alors même que Jésus est mort et ressuscité. Mais quels sacrements Jésus a-t-il expressément laissés en héritage ? En toute rigueur de terme, il n’en a institué de manière immédiate que deux, à savoir le baptême et la communion. Les autres l’ont été de manière médiate.

 Institution immédiate

Voici ce que dit la Bible à cet égard :

JPEG - 32 ko
La cène
Léonard de Vinci, 1494-1498, Église Santa Maria delle Grazie de Milan,

Et ayant pris du pain, rendu grâce, il le rompit et le leur donna, en disant : « Ceci est mon corps, qui est donné pour vous : faites ceci en mémoire de moi ».

Mc 14,22

JPEG - 127.6 ko
Le site de Salim
Lieu supposé des baptêmes de Jean

Allez et de toutes les nations faites des disciples, les baptisant dans le nom du Père, du Fils et de l’Esprit-Saint et en leur apprenant à garder mes commandements.

Mt 28,19

Une même remarque vaudrait aussi pour le sacrement de confession. Qu’en est-il des autres sacrements ? Ceux-ci ne sont pas explicitement mentionnés dans la Bible. Certains chrétiens pensent d’ailleurs que le baptême et la communion suffisent. De fait, ces deux sacrements ont un place particulière : l’un signifie le début de la vie chrétienne, l’autre sa pleine réalisation. Mais cela ne veut pas dire qu’il faille mettre les autres sacrements de côté, même s’ils sont moins importants ! Dans la Bible, nous voyons les disciples eux-mêmes assister à des mariages, oindre les malades, pardonner aux pécheurs, imposer les mains. Que dire alors ?

 Institution précise et institution générale

Dans la Bible, on ne voit pas Jésus donner d’ordre formel de pratiquer des mariages, des confessions, des onctions, des ordinations et des confirmations. Mais la Bible n’a pas vocation a expliciter tous les détails de la vie de Jésus, mais à en donner seulement l’essentiel : ne soyons donc pas étonné que seuls les détails des sacrements essentiels - le baptême, la communion - soient explicitement rattachés à Jésus.

Toutefois, dire que le Christ a institué immédiatement tous les sacrements, ne revient pas à dire qu’il a, personnellement, déterminé tous les détails de la cérémonie sacrée, prescrivant minutieusement au iota près la structure et la matière à utiliser. Pour qu’il ait institution immédiate, il suffit de dire : le Christ a déterminé quelles grâces devaient être conférées au moyen de rites extérieurs. Pour certains sacrements (le baptême, l’eucharistie), il a déterminé minutieusement (in specie) la matière et la formule. Pour d’autres, il ne l’’a déterminé que d’une manière générale (in genere), en disant qu’il devrait y avoir pour l’obtention de certaines grâces une cérémonie extérieure, laissant aux Apôtres ou à l’Église le pouvoir de déterminer ce qu’Il n’avait pas déterminé, par exemple, de prescrire la matière et la structure des sacrements de Confirmation et ordres sacrés.

Les noces de Cana
Extrait du film The Gospel of John

Il convient dès lors de réfléchir sur les points suivants. L’institution immédiate mais générique d’un sacrements, avec précision ultérieure du rite par les apôtres, est fondée en droit si le pouvoir de gérer les sacrements leur a été donné par Jésus. Ce qui est vérifié par les points suivants :

  • Jésus a voulu fonder une communauté structurée ayant une organisation (les disciples qu’il a choisis) et des rites (au moins le baptême et la communion).
  • Les apôtres, choisis pas Jésus, doués par lui d’un pouvoir de sanctification (Matthieu 10:1), ont été établis « intendants des mystères de Dieu » (1 Corinthiens 4, 2), c’est-à-dire des sacrements (Mystères et sacrements sont synonymes).

L’institution génériques des sacrements est avéré de fait si un rite était pratiqué par les apôtres et si ce rite fait référence à la grâce du Christ. Or, l’Église se plaçant dans la lignée des apôtres a discerné sept rites différents [1] faisant explicitement référence à la grâce du Christ. On y a dès lors vu sept sacrements, c’est-à-dire sept icônes vivantes du Christ. Nous renvoyons à chaque sacrement en particulier pour une étude approfondie, ne mentionnant ci-dessous que les textes les plus fréquemment cités.

Sacrements Jésus Les apôtres
Confirmation Jn20:20-22 ; Mt3:13-17 Ac 8:14-17 ; 10:38
Mariage Mt 10,9 ; Jn 2:1-12 Ep 5:32 [2]
Ordination Mt 16:19 ; 18:18 ; Jn 13:3-15 ; Jn 19:22-23 Ac 1:15-26
Confession Mt 16:19 ; 18:18 ; Jn 20:22-23
Onction des malades Mt 4:23 ; 9:35 ; Mc 6:13 ; Lc 9:11 ; Act 10:38 ; Jc 5,14

Notes

[1On fera attention qu’il est ici question non du rite dans son ensemble mais de la substance du rite.

[2Le mariage est un grand mystère : ie sacrement.

Répondre à cet article