Faut-il que l’hostie soit levée ou sans azyme ? Et pourquoi ?

mardi 25 novembre 2014, par theopedie

En bref : Il n’est pas nécessaire que le pain utilisé pendant la messe soit levé ou sans azyme : les deux formes sont possibles. Mais le rite romain, qui utilise le pain sans azyme, étant plus proche du texte biblique, doit être préféré.

L’Église d’Occident prescrit l’emploi du pain azyme, l’Église orientale prescrit au contraire du pain fermenté. Cette pratique des deux Églises remonte aux premiers siècles et sont toutes deux licites car il n’y avait pas encore de loi générale et l’on attachait pas d’importance à ce point.

JPEG - 20.6 ko

Le rite romain a cependant l’avantage de mieux répondre au symbolisme de la messe et paraît donc plus fondé en raison, même si le rite orthodoxe a ses propres justifications. Il est certain en effet que, dans la cène, Jésus s’est servi de pain azyme conformément à la loi de Moïse (Exode 12, 15) et que, dès lors, il a célébré l’eucharistie en utilisant du pain non levé. Sur ce point, si son exemple n’est pas un précepte proprement dit, il est en tout cas un modèle qui se recommande à notre imitation.

De plus, le levain peut être pris dans un sens favorable (amélioration du pain pour le rendre plus agréable) et dans un sens défavorable (fermentation, donc corruption). C’est surtout ce sens défavorable que la Bible et la liturgie ont retenu. Parce qu’il est assimilé à la corruption, le levain est ainsi devenu une figure du péché qui a causé et cause encore la ruine (corruptio) de la création (1 Corinthiens 5, 5-8). Le pain sans levain (sans azyme) est devenu le symbole du corps de Jésus exempt de tout péché et image de la pureté.

Répondre à cet article