Faut-il prendre au sérieux la foi des enfants ?

vendredi 8 novembre 2013, par theopedie

L’enfant est naturellement religieux de tempérament : la foi lui sera donc facile et spontanée. Cette aptitude tient à deux traits de sa psychologie :

JPEG - 41.1 ko
La foi des enfants
Une critique facile, qui ne prend pas en compte la psychologie des enfants

  • il cherche la protection et vit dans la dépendance
  • il a le sens du merveilleux.

Deux traits qui assurément lui donne une porte d’entrée naturelle dans le Sacré. Mais pour authentique que soit la remise de l’enfant à Dieu, elle est trop naturelle pour être éprouvée. Il faut encore l’aider dans son développement intellectuel en lui apprenant à distinguer mythe et poésie, légende et mystère, et en l’accompagnant dans son apprentissage de la réalité.

On entend beaucoup de critiques de la foi vis-à-vis de la foi des enfants : foi enfantine, pré-rationnelle et superstitieuse. Ce jugement de valeur oublie toutefois que la foi est une réalité vivante qui se développe avec la personnalité. Ce n’est pas en vain que Dieu a donné à l’homme trente ans pour prendre possession de lui-même et fixer ses choix. Le Christ lui-même a voulu connaître les âges de l’homme. Ce n’est qu’à l’âge adulte que la foi prend toutes ses dimensions. Cela ne signifie pas que la foi de l’enfant ou de l’adolescent ne soit pas véritable ni même qu’elle ne possède sa propre vertu : elle est seulement en devenir et inachevée.

Narnia, film pour enfant
Pour accompagner la foi des enfants
Samy El Doukali

P.-S.

Cet article est extrait de : Initiation théologique (Manuel du Sauchoir, tome III, 1955).

Répondre à cet article