Faut-il être confirmé pour pouvoir se marier ?

samedi 10 mai 2014, par theopedie

En bref : En principe, il faut confirmer les futurs époux avant le mariage. Mais il peut y avoir des dérogations à ce principe si cela est justifié pastoralement.

La question de la confirmation ne se pose que pour le parti chrétien baptisé (il est en effet possible de se marier avec un non-chrétien pour qui il ne saurait être question du sacrement de confirmation). En principe, le chrétien doit être confirmé :

  • parce que la confirmation est l’achèvement du baptême,
  • parce que le mariage se déroule entre adultes libres et que la confirmation est le sacrement de la liberté et de la maturité de la foi chrétienne.

Voici ce que dit le code de droit canonique et le rituel du mariage :

1. Les catholiques qui n’ont pas encore reçu le sacrement de confirmation le recevront avant d’être admis au mariage, si c’est possible sans grave inconvénient (Can. 1065).

Si cela est possible sans grave inconvénient, les catholiques qui n’ont pas encore reçu le sacrement de confirmation le recevront pour achever leur initiation chrétienne, avant d’être admis au mariage. (Rituel)

On le voit : ce canon comporte une note d’obligation, mais cette obligation est fortement atténuée par la mention « si c’est possible sans grave inconvénient ». Actuellement, on considère comme grave inconvénient l’urgence du mariage (la confirmation demande du temps de préparation). Il convient aussi de ne pas confondre préparation conjugale et vie de foi personnelle : les deux sont liés mais ne se confondent pas.

Dans le cadre de longue préparation au mariage, la question de la confirmation doit probablement être étudiée. On peut aussi rappeler la possibilité de se faire confirmer après le mariage. Nous trouvons ce commentaire sur Internet :

En principe, il faut avoir reçu le sacrement de confirmation pour se marier religieusement. La confirmation donne les moyens de vivre pleinement le mariage. Le code de droit canonique demande que l’on n’admette pas au mariage des fiancés non confirmés sauf si il existe « un grave inconvénient » (canon 1065). - En France, ou la confirmation est conférée à l’adolescence, beaucoup de jeunes ne sont pas confirmés et il y aurait un grave inconvénient à exiger la confirmation. Cependant il serait souhaitable que la personne non confirmée profite de cette occasion pour préparer et recevoir la confirmation.

Répondre à cet article