Doit-on absoudre les personnes dépendantes d’un vice ?

jeudi 9 juillet 2015, par theopedie

En bref : Il faut distinguer si la personne s’est déjà ou non confessée.

 Ce que dit la Bible

Si ta main ou ton pied entraînent ta chute, coupe-les et jette-les loin de toi ; mieux vaut pour toi entrer dans la vie manchot ou estropié que d’être jeté avec tes deux mains ou tes deux pieds dans le feu éternel ! Et si ton œil entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi ; mieux vaut pour toi entrer borgne dans la vie que d’être jeté avec tes deux yeux dans la géhenne de feu !

Matthieu 18, 8-9

Dieu dit à l’impie : Pourquoi réciter mes commandements et avoir mon alliance à la bouche, toi qui détestes la correction et rejettes mes paroles ? Si tu vois un voleur, tu deviens son complice, tu prends ta place chez les adultères. Tu livres ta bouche à la méchanceté, tu associes ta langue au mensonge. Tu t’assieds, tu parles contre ton frère, tu salis le fils de ta mère. Voilà ce que tu as fait, et je me tairais ? Tu t’imagines que je suis comme toi ? Je t’accuse, j’étale tout sous tes yeux. Comprenez-le, vous qui oubliez Dieu ! Sinon je déchire, et nul ne délivrera.

Psaumes 50, 16-22

 Habitudinaires

Les habitudinaires (ceux qui s’adonnent à un vice et qui en sont dépendants) sont ceux qui pendant un assez long espace de temps tombent fréquemment dans les mêmes péchés, sans qu’il y a ait entre les péchés un grand intervalle.

On distingue habitudinaires et récidivistes : l’habitudinaire n’est pas encore retombé continuellement dans le même péché après différentes confessions.

L’habitudinaire doit être absous immédiatement, même si aucune amélioration n’a précédé, pourvu qu’il soit en fait bien disposé.

 Les récidivistes

Les récidivistes sont ceux qui, malgré des confessions répétées, retombent sans cesse dans les mêmes péchés, sans faire d’efforts sérieux pour se corriger.

En soit, pour les absoudre, les règles générales suffisent. Mais la difficulté consiste à établir si, en fait, ils sont bien disposés. En règle générale, est bien disposé celui qui ne tombe que par faiblesse, a ordinairement horreur de son péché, lutte contre la tentation et déteste son acte bientôt après la chute (ainsi généralement du cas de pollution). On peut quelque fois facilement reconnaître quelqu’un qui est bien disposé en lui demandant non pas combien de fois il a succombé mais combien de fois il a résisté.

En général, sont mal disposés les récidivistes qui ont un attachement permanent à l’objet du péché (par exemple à la contraception). Mais s’il y a des signes que le repentir est actuellement plus sérieux que les autres fois, on peut absoudre.

En cas de doute, on absoudra celui qui pèche par faiblesse, car il a besoin de la force des sacrements. Mais celui qui n’a pas voulu remplir son devoir (par exemple, restituer quelque chose de volé) ne doit pas être absous.

Répondre à cet article