Dieu seul peut-il remettre les péchés ?

mardi 16 juin 2015, par theopedie

En bref : Parce que le péché est une offense faite principalement envers Dieu, Dieu seul peut remettre les péchés. Mais il peut aussi déléguer cette autorité à qui il choisit pour le représenter.

« Dieu seul peut remettre les péchés » (Marc 2, 7). L’offense commise envers quelqu’un ne peut être remise que par celui qui a reçu l’injure. Or, les péchés sont une dette que l’homme contracte non pas d’abord envers un autre homme, mais envers Dieu lui-même. Car le péché est d’abord aversion du bien et par conséquence, haine de Dieu, bonté suprême. Ainsi Dieu seul peut pardonner les péchés.

Plus précisément, le pouvoir de pardonner n’est pas seulement une décision judiciaire, pouvoir ou non remettre la coupe, il s’agit aussi d’un pouvoir de guérison. Seul Dieu a le pouvoir de guérir l’homme de son péché. En effet, puisque l’homme, par le péché, se détourne de sa fin ultime et par là introduit dans son âme un désordre moral, le péché ne peut lui être remis que si l’homme est à nouveau ordonné à cette fin, si l’ordre et la paix règnent à nouveau dans son âme. Or, c’est par la grâce que cette guérison s’opère, et parce que la grâce est au-dessus des forces de l’homme, seul Dieu peut la donner. Dès lors, Dieu seul peut remettre les péchés.

L’homme en péchant, offense Dieu. Or d’où vient qu’une offense est remise à quelqu’un sinon de ce que l’esprit de l’offensé est apaisé à l’égard de l’offenseur ? Ainsi, dire qu’un péché nous est remis c’est dire que Dieu s’est apaisé à notre égard. Et cette paix consiste dans l’amour que Dieu a pour nous. Or cet amour de Dieu, considéré du côté de l’acte divin lui-même, est éternel et immuable ; mais, envisagé dans l’effet qu’il imprime en nous, il peut s’interrompre parfois, selon que nous nous dérobons à lui et qu’ensuite nous le recouvrons. Cet effet du divin amour en nous, qui est enlevé par le péché, c’est la grâce qui rend l’homme digne de la vie éternelle et qui exclut le péché mortel. Voilà pourquoi la rémission du péché ne saurait se comprendre sans l’infusion de la grâce. (Thomas d’Aquin, 1,2,113,2)

Mais si Dieu a le pouvoir de pardonner les péchés, il a aussi le pouvoir de déléguer ce pouvoir. C’est ainsi que, dans le Nouveau Testament, Dieu s’est choisi le Christ comme représentant (Matthieu 3, 17) et lui donne le pouvoir de pardonner les péchés (Matthieu 9, 8). On parle encore de pouvoir d’excellence.

Répondre à cet article