Dieu est-il éternel selon la Bible ?

lundi 5 mai 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

En bref : La Bible est catégorique : Dieu, simple et infini, de même qu’il n’est soumis à l’espace, ne peut être davantage soumis au temps. Il est sans fin et sans commencement. Il est plus que sempiternel (pour les siècles des siècles), il est « éternel ».

Everlasting God
Chris Tomlin
Edgar Caina

L’Écriture Sainte associe l’idée d’une durée sans fin à la notion de stabilité. Dans le psaume, Dieu est représenté comme vivant dans un temps différent du nôtre : la terre (l’univers) et les cieux (le paradis) périront, mais « toi, tu subsistes ; comme un habit, tu les changeras, et ils seront changés, mais toi, tu es toi-même, et tes années n’ont pas de fin » (Ps 102,27). Et, dans un des plus anciens parmi les Psaumes, se lit cette admirable louange : « avant que les montagnes fussent nées, et que tu eusses enfanté la terre et le monde, de l’éternité à l’éternité, tu es, mon Dieu ! Car mille ans, à tes yeux, sont comme le jour d’hier, quand il passe, et comme une veille de la nuit » (Ps 90,2-4) Le mot hébreu utilisé par l’écrivain ne signifie pas, bien entendu, ce que des siècles de spéculation peuvent avoir déposé sous le vocable philosophique d’éternité. Son sens primitif désigne ce qui est caché, une durée mystérieuse, dont la fin et le commencement sont à jamais enfouis dans l’inconnu. YHWH est très souvent, dans toute la Bible, reconnu comme l’Éternel. Abraham déjà plante à Bersabée un tamaris au feuillage toujours vert pour symboliser la fidélité de « YHWH, le Créateur éternel » (Gn 21,23).

Ezekiel Saw The Wheel
The Charioteers
(+ Satan wears number 11 shoes)
Les roues dans les roues :
image de l’éternité divine
KittyCatInAMicrowave, 7f69SLJPNRU

Aussi, strico sensu, ces passages de la Bible sont compatible avec la sempiternalité de Dieu, c’est-à-dire, une existence qui dure de toujours à toujours, dont le commencement et la fin semblent perdus au commencement du temps lui-même. Néanmoins, des les premiers mots de Bible, il semble qu’il faille accorder davantage à Dieu que la sempiternalité (qui est de toujours à toujours). Ainsi lit-on : « au commencement, Dieu créa le ciel et la terre ». Dieu existe donc avant tout commencement. L’Écclésiaste, de nombreux siècle après la Genèse, exprime la même révélation : « le Seigneur voit les signes du temps, il annonce le passé et l’avenir... il est avant tout les siècles ». Dieu, existant avant les siècles et avant tout commencement, apparaît éternel : il est sans début et sans fin, au-delà du temps, et pour lui, toute chose est dévoilée avant même qu’elle soit.

What Is Time ?
Determinism, Quantum Physics, Consciousness, Free Will, Causality...
Cracking The Nutshell

En dehors des textes classiques (Jn 8,58 ; Rm 16,25 ; Eph 1,4 ; 1 Tm 1,17), citons encore l’Apocalypse. Saint Jean met en effet dans la bouche de Dieu l’expression, traditionnelle chez les rabbins, de l’éternité : « Je suis l’Alpha et l’Oméga, celui qui est, qui était, et qui sera » (Ap 1,8). On utilisait en hébreu à titre de symbole la première lettre de l’alphabet, celle du milieu, celle de la fin : l’alphabet grec comportant vingt-quatre lettres (donc un nombre pair), saint Jean se contente de la première et de la dernière. Le sens est clair : Dieu est à la fois le passé, le présent, le futur. Il domine le temps. Simplement : il est, non pas dans un instant passager, mais il était, il sera, sans ni commencement. Il est éternel.

Répondre à cet article