Dieu a-t-il aboli les sacrifices sanglants ?

mercredi 10 décembre 2014, par theopedie

En bref : Si Dieu n’a pas aboli les sacrifices, il a en revanche aboli les sacrifices sanglants.

Le sacrifice parfait à venir promis par Dieu à travers la prophétie de Malachie (Malachie 1, 6-14) est un sacrifice non sanglant, une « oblation » (minchah). Or, ce terme hébreu n’est jamais employé métaphoriquement : c’est un terme technique servant à indiquer un sacrifice végétal. C’est donc que les sacrifices sanglants devaient cesser.

JPEG - 652.2 ko
Le prophète Malachie
annonçant l’eucharistie
Fresque de Viterbe

La raison de cette abolition est donnée par l’épître aux Hébreux : aussi longtemps que le péché n’est pas expié et que, dès lors, la conscience de leur culpabilité pesait sur les hommes, on offrait surtout des sacrifices sanglants en signe d’expiation (Hébreux 10, 2-4). Mais après que le Christ eut accompli notre expiation par le sang de la croix, réconciliant les hommes avec Dieu pour toujours (Hébreux 10, 11-14), les sacrifices sanglants devaient cesser. D’une part, car ils n’avaient plus de raison d’être, d’autre part car leur cessation signifie l’efficacité éternelle de l’expiation du Christ.

Répondre à cet article