Dans quel contexte est né Mohammed ?

mardi 1er mai 2012, par theopedie

Pour comprendre la vie de Mohammed et son héritage politique et religieux, il est important de se replacer dans le contexte de son époque. Lorsque naît Mohammed au VIe siècle, l’Arabie est elle-même en train de naître. Disons-le : la vie de ce personnage est tout autant l’histoire du génie de cet homme que l’histoire de cette région en passe d’acquérir un rôle mondial.

 La société arabe

islam mahommet arabie
L’Arabie de Mahommed

Les arabes avaient, à l’époque de Mohammed, la réputation d’être un peuple barbare. La tradition musulmane parle à cet endroit de Jahiliyya, c’est-à-dire de « l’époque de l’ignorance ». Pour barbares qu’ils étaient, les arabes n’en formaient pas moins une véritable société composée soit de bédouins, nomades au caractère belliqueux, soit de sédentaires, agriculteurs vivant au gré des oasis. Les trois piliers économiques de cette société étaient le palmier, le chameau et les grandes routes commerciales.

D’un point de vue politique, à l’époque de Mohammed, la société arabe n’était pas unifiée. Il n’y avait pas d’état, seulement un ensemble de tribus, et c’est au niveau de ces tribus que les sentiments d’appartenance et de solidarité se nouaient. S’il y avait un sentiment d’appartenance nationale, c’était celui véhiculé par l’usage d’une langue commune, l’arabe, et par l’importance de la poésie et des poètes (kohhân). Toutefois, ce sentiment était encore vague et relativement frustre.

JPEG - 81.1 ko
islam Allat

D’un point de vue religieux, le monothéisme ne faisait pas partie du climat intellectuel de l’Arabie. Au contraire, l’ensemble de la péninsule arabique était polythéiste : chaque tribu avait ses idoles et ses dieux. Une triade de déesses était très importante : Allât (la déesse mère), Uzzä (la puissance), Manât (la mort). Allah, la divinité arabe, était déjà vénéré, mais seulement comme un dieu parmi d’autres. Avec la sédentarisation de certaines tribus, on observe l’érection de sanctuaires servant de demeures à ces dieux, l’exemple le plus connu (mais il y en eut d’autres) étant la kaaba à La Mecque.

JPEG - 49 ko
islam bedouin

Toujours d’un point de vue religieux, on trouve une certaine influence du judaïsme, via les tribus juives installées dans la région, et via tel potentat local converti au judaïsme. On trouve de même des traces du christianisme. Toutefois, le christianisme qui était présent dans la péninsule arabe était alors un nestorianisme assez populaire et rustre, une sorte de christianisme simplifié. Ces deux religions monothéistes étaient estimées pour leur hauteur intellectuelle en regard du polythéisme ambiant, mais elles restaient dans le contexte arabe de l’époque associées aux puissances étrangères. Elles suscitaient donc peu de conversions. De ces influences naît un courant arabe marginal prônant un monothéisme préislamique. Les prédicateurs, se réclamant d’Abraham, en sont appelés les Hanifs.

 Le contexte politique

PNG - 274.6 ko
L’expansion de l’islam

Au VIe siècle, l’Arabie était prise entre les deux grandes puissances de l’époque : l’empire perse et l’empire byzantin. L’empire byzantin, en proie à de graves dissensions internes, fermait la frontière nord-ouest de l’Arabie. L’empire perse, quant à lui, avait comme zone d’influence le Yémen, au sud de l’Arabie. Ces deux empires déstabilisaient la région en s’achetant les services de telle ou telle tribus arabes.

L’empire perse et byzantin étaient en guerres incessantes et ils s’affaiblissaient mutuellement. L’enjeu de cette guerre était d’obtenir le contrôle de la route commerciale reliant l’Asie et Byzance. A cause de cette guerre, il ne subsistât bientôt comme route commerciale que celle qui passait au sud par le Yémen, puis remontait vers le Nord par la Mecque puis par Yatrib. C’est ainsi que, à cause de ces guerres, les arabes devinrent les garants du commerce international. Un pacte caravanier dans la région de La Mecque fut scellé d’ailleurs par l’arrière grand-père de Mohammed, afin d’assurer la stabilité de la région. Signe de cette nouvelle influence, la kaaba de La Mecque accueillait les dieux des tribus avoisinantes.

JPEG - 46.1 ko
islam Kaaba

La Mecque était gouvernée par la tribu des Quraychites, laquelle avait réussir à s’unir de manière relativement stable. A l’époque de Mahommed, elle était toutefois divisée en deux clans :

  • le clan déclassé des Banu Hashim qui n’avait reçu en partage que le pouvoir religieux et la garde de la kaaba (clan dont fait partie Mohammed).
  • le clan des Banu Abd Shams (futur Béni Umayyah) qui avait reçu en partage le pouvoir politique et la fortune de La Mecque.

Portfolio

islam bahira Tribu nestorienne

Répondre à cet article