Comment la foi se transforme-t-elle à l’adolescence ?

samedi 9 novembre 2013, par theopedie

Rupture avec le monde de l’enfance et affirmation de l’autonomie, vitalité humaine exubérante, attention introspective, rationalisme naissant : telles sont les données psychologiques sous-jacentes à la foi de l’adolescent. On voit facilement quel contraste elles opposent à la foi de l’enfant : d’où la crise qui souvent marque au point de vue religieux le passage d’un âge à un autre.

Adolescence(s) : Elèves et professeurs ...
Documentaire
1011studio

Les crises des lieux de dépendance humaine (famille, maîtres, Église) et des formes de l’autorité (religion de l’obligation) rend possible un nouveau lien choisi librement avec le Christ, dans la mesure où ce lien apparaît comme au service de la constitution de la personnalité.

La frénésie de vivre de l’adolescent n’est pas forcément opposé à la foi ; elle se double d’un appel à l’infini. Cet appel à l’infini suscite une foi religieuse s’il découvert comment la foi l’amène dans un monde plein de vie, vers « l’éternelle jeunesse de la résurrection ». Saint Irénée disait : la Gloire de Dieu, c’est que l’homme vive. Tel est l’enjeu de la foi adolescente.

Le Seigneur des anneaux
Film pour adolescent : une foi épique
nextmaneaser

  • La fixation introspective peut conduire à l’égoïsme, mais elle constitue aussi un facteur possible de personnalisation et d’intériorisation de la foi. Ce sera le temps des chants méditatifs, et des rites d’adoration.
  • Le rationalisme naissant en face du mystère sera facilement dépassé si l’on présente le mystère comme un aboutissement compatible d’une aventure spirituelle et intellectuelle en phase avec la culture scientifique de son époque. EN particulier, le dogme et l’argument d’autorité doit acquérir pour l’adolescent une crédibilité.
  • Les difficultés morales, et le sentiment de culpabilité qui les accompagnes, notamment en matière familiale et sexuelle, si elles ne sont pas exploitées et manipulées de façon morbide peuvent ouvrir l’adolescent à l’attente d’une libération intérieure donnée dans la foi.

P.-S.

Cet article est extrait de : Initiation théologique (Manuel du Sauchoir, tome III, 1955).

Répondre à cet article