Comment est mort Jean Baptiste ?

samedi 1er juin 2013, par theopedie

Jean le Baptiste est mort pour avoir critiqué la vie conjugale du gouverneur Hérode Antipas. Hérode Antipas, le fils d’Hérode le Grand, était un roi fantôche qui règnait sur la Galilée et de la Pérée (à l’ouest du Jourdain). Il était marié à la fille d’Aretas IV, un roi nabatéen (au sud-est de la Jordanie), mais au cours d’un voyage à Rome où il venait rendre compte de sa gouvernance, il rendit visite à son demi-frère Philippe et fut séduit par la femme de son frère, Hérodiade. Il réussit alors à convaincre Hérodiade de quitter son frère et lui-même divorça. Il répudia sa première femme en la renvoyant à Pétra au roi Arétas son père, ce qui provoqua une guerre sanglante entre les deux pays. Hérode et Hérodiade vécurent ensuite dans une sorte de concubinage, appelé mariage pour raisons de convenance sociales.

JPEG - 736.3 ko
Salomé dansant devant Hérode
Gustave Moreau

Jean critiquait ouvertement le roi et ses arrangements conjugaux et ses critiques rencontraient un trop grand écho dans la population. Hérode le fit donc arrêter. Telle fut, d’après les évangiles, la cause de l’emprisonnement de Jean. Flavius Josèphe ajoute une autre raison : Antipas craignait Jean car la popularité de Jean pouvait servir à déclencher une révolte (Antiquités 18.5.2).

Quoiqu’il l’eut fait emprisonner, Hérode manifestait une certaine sympathie pour le prophète. Hérode connaissait la loi, savait apprécier le message de Jean à sa juste valeur et comprenait les critiques qui lui étaient adressés. Ainsi, il « écoutait avec plaisir » Jean (Mc 6,20), même s’il refusait de changer de vie. Cette sympathie du gouverneur pour Jean fit cependant peur à Hérodiade, qui se prit à comploter contre Jean. Elle manipula sa propre fille Salomé, la nièce d’Hérode Antipas, pour que la jeune fille séduise par une danse lascive son oncle devenu son père :

Cependant, une occasion favorable se présenta pour Hérodiade le jour de l’anniversaire d’Hérode. Celui-ci donna un banquet aux membres de son gouvernement, aux chefs de l’armée et aux notables de Galilée. La fille d’Hérodiade entra dans la salle et dansa ; elle plut à Hérode et à ses invités. Le roi dit alors à la jeune fille : « Demande-moi ce que tu voudras, et je te le donnerai. » Et il lui fit ce serment solennel : « Je jure de te donner ce que tu demanderas, même la moitié de mon royaume. »

Extrait de l’opéra Hérodiade (Massenet)
Hérodiade disant à Hérode : « Venge-moi d`une suprême offense »
(chanteuse Marilyn Horne)
Addiobelpassato

La jeune fille sortit et dit à sa mère : « Que dois-je demander ? » Celle-ci répondit : « La tête de Jean-Baptiste. » La jeune fille se hâta de retourner auprès du roi et lui fit cette demande : « Je veux que tu me donnes tout de suite la tête de Jean-Baptiste sur un plat ! » Le roi devint tout triste ; mais il ne voulut pas lui opposer un refus, à cause des serments qu’il avait faits devant ses invités. Il envoya donc immédiatement un soldat de sa garde, avec l’ordre d’apporter la tête de Jean-Baptiste. Le soldat se rendit à la prison et coupa la tête de Jean. Puis il apporta la tête sur un plat et la donna à la jeune fille, et celle-ci la donna à sa mère. Quand les disciples de Jean apprirent la nouvelle, ils vinrent prendre son corps et le mirent dans un tombeau.

Mc 6, 21-29 (Bible en Français Courant=BFC])

Cet épisode est probablement un des épisodes les plus sordides de l’Évangiie. Lorsque Jésus apprit la mort de Jean le Baptiste, il se retira dans un endroit désert. On remarquera que c’est à partir de cette époque-là que Jésus commença à annoncer sa propre mort, comme si la mort de Jean avait servit à prévenir Jésus. Jean est bien le précurseur de Jésus, du baptême jusqu’à sa mort...

Répondre à cet article