Comment se préparer à la prêtrise ?

samedi 31 mai 2014, par theopedie

En bref : On devient prêtre au cours d’une cérémonie dite d’ordination. Mais tous les chrétiens ne sont pas appelés à être ordonné prêtre : on devient prêtre lorsque l’on a reçu de Dieu un appel à se consacrer au service sacramentel de l’Église. Cet appel doit être authentifié par l’Église. Une période de formation généralement de 7 ans accompagne ce processus de discernement.

On devient prêtre au cours d’une cérémonie d’ordination. Rappelons que pour être prêtre dans le rite romain (occidental), il faut être

GIF - 35.6 ko
Prêtre : un métier qualifié

  • un homme suffisamment âgé,
  • chrétien baptisé confirmé,
  • pouvoir assumer le célibat et la continence,
  • ne pas être sous le coup d’un empêchement canonique,
  • être correctement formé (généralement au séminaire).

Pour les femmes qui désirent se consacrer à Dieu (et pour les hommes aussi), il existe la possibilité d’entrer dans un ordre religieux. Quand bien même un religieux ou une religieuse ne pourrait pas donner les sacrements (rappelons qu’une femme ne saurait jouer le rôle d’icône liturgique de Jésus puisqu’il était un homme), la vie religieuse ne saurait être considérée comme un lot de compensation. La vocation religieuse était ainsi traditionnellement appelée « l’état de perfection », car plus proche de la vie menée par Jésus.

Pour devenir prêtre catholique, pour être prêtre il faut d’abord avoir une véritable vocation, être appelé spirituellement par Dieu et être appelé par l’Eglise, un évêque ou un supérieur religieux. Il ne suffit pas du désir d’être prêtre. Il faut aussi un équilibre psychologique, une maturité affective et un bon jugement. Il faut une foi solide, le sens de l’Eglise et une sérieuse vie spirituelle. Il faut aussi avoir fait des études et avoir un niveau intellectuel qui est au moins le niveau du baccalauréat écclésiasitique (bac +5).

Trouvé sur Cybercuré.com

P.-S.

Voici ce que dit le code de droit canonique :

Can. 1033 - Seul est licitement promu aux ordres celui qui a reçu le sacrement de confirmation.

Can. 1034 - § 1. Un aspirant au diaconat ou au presbytérat ne sera pas ordonné s’il n’a pas d’abord, par le rite liturgique de l’admission, obtenu de l’autorité dont il s’agit aux cann. ⇒ 1016 et ⇒ 1019 son inscription parmi les candidats, après sa demande préalable écrite et signée de sa propre main, et acceptée par écrit par la même autorité.

§ 2. Celui qui a été agrégé par des voeux à un institut clérical n’est pas tenu d’obtenir cette admission.

Can. 1035 - § 1. Avant d’être promu au diaconat, permanent ou transitoire, il est requis d’avoir reçu et exercé pendant un temps convenable les ministères de lecteur et d’acolyte.

§ 2. Entre la collation de l’acolytat et celle du diaconat, il y aura un intervalle d’au moins six mois.

Can. 1036 - Pour pouvoir être promu au diaconat ou au presbytérat, le candidat remettra à l’Évêque propre ou au Supérieur majeur compétent une déclaration écrite et signée de sa propre main, par laquelle il atteste qu’il recevra l’ordre sacré spontanément et librement et qu’il se consacrera pour toujours au ministère ecclésiastique, demandant en même temps d’être admis à recevoir l’ordre.

Can. 1037 - Celui qui doit être promu au diaconat permanent en n’étant pas marié, et de même celui qui doit être promu au presbytérat ne seront pas admis à l’ordre du diaconat s’ils n’ont pas, selon le rite prescrit, publiquement devant Dieu et devant l’Église, assumé l’obligation du célibat, ou s’ils n’ont pas émis les voeux perpétuels dans un institut religieux.

Can. 1038 - Le diacre qui renonce à être promu au presbytérat ne peut pas être empêché d’exercer l’ordre qu’il a reçu, à moins qu’il ne soit retenu par un empêchement canonique ou une autre cause grave que le jugement de l’Évêque diocésain ou du Supérieur majeur compétent devra apprécier.

Can. 1039 - Tous ceux qui doivent être promus à un ordre suivront des exercices spirituels pendant au moins cinq jours, à l’endroit et de la manière fixés par l’Ordinaire ; l’Évêque, avant de procéder à l’ordination, sera informé de ce que les candidats ont suivi ces exercices comme il convient.

Can. 1026 - Pour que quelqu’un soit ordonné, il faut qu’il jouisse de la liberté voulue ; il est absolument interdit à quiconque, de quelque manière et pour quelque raison que ce soit, de contraindre quelqu’un à recevoir les ordres, ou d’en détourner quelqu’un qui est canoniquement idoine à les recevoir. Can. 1027 - Les aspirants au diaconat et au presbytérat recevront une préparation soignée, selon le droit.

Can. 1028 - L’Évêque diocésain ou le Supérieur compétent veillera à ce que les candidats, avant d’être promus à un ordre, aient été dûment instruits de ce qui concerne cet ordre et ses obligations.

Can. 1029 - Seront seuls promus aux ordres ceux qui, au jugement prudent de l’Évêque propre ou du Supérieur majeur compétent, tout bien pesé, ont une foi intègre, sont animés par une intention droite, possèdent la science voulue, jouissent d’une bonne réputation et sont dotés de moeurs intègres, de vertus éprouvées et des autres qualités physiques et psychiques en rapport avec l’ordre qu’ils vont recevoir.

Can. 1030 - À moins d’une cause canonique, même occulte, l’Évêque propre ou le Supérieur majeur compétent ne peut interdire l’accession au presbytérat aux diacres qui sont ses sujets qui s’y destinent, restant sauf le droit de recours selon le droit.

Can. 1031 - § 1. Le presbytérat ne sera confié qu’à ceux qui ont vingt-cinq ans accomplis et qui jouissent d’une maturité suffisante, en observant en outre un intervalle d’au moins six mois entre le diaconat et le presbytérat ; ceux qui se destinent au presbytérat ne peuvent être admis au diaconat qu’à partir de vingt-trois ans accomplis.

§ 2. Un candidat au diaconat permanent qui ne serait pas marié, ne doit pas y être admis, s’il n’a pas au moins vingt-cinq ans accomplis ; un candidat qui est marié ne doit pas y être admis s’il n’a pas au moins trente-cinq ans accomplis, et sans le consentement de son épouse.

§ 3. Les conférences des Évêques ont la liberté de fixer une règle selon laquelle un âge plus avancé est requis pour le presbytérat et le diaconat permanent.

§ 4. La dispense de plus d’un an concernant l’âge requis selon les §§ 1 et 2 est réservée au Siège Apostolique.

Can. 1032 - § 1. Les aspirants au presbytérat ne peuvent être promus au diaconat qu’après avoir accompli la cinquième année du cycle des études de philosophie et de théologie.

§ 2. Une fois achevé le cycle des études et avant d’être promu au presbytérat, le diacre participera à la charge pastorale, en exerçant son ordre, pendant un temps convenable à déterminer par l’Évêque ou le Supérieur majeur compétent.

§ 3. L’aspirant au diaconat permanent ne sera promu à cet ordre qu’après avoir accompli le temps de formation.

Répondre à cet article