Comment Jésus guérissait-il les malades ?

mardi 2 juillet 2013, par theopedie

Jésus n’avait pas de technique particulière pour guérir les gens : tantôt il leur imposait les mains (Mt 8:1-4), tantôt il leur disait une parole (Lc 17:11-19), tantôt il leur guérissait à distance (Mt 8:5-13). De même, Jésus n’était pas spécialisé dans un certain type de maladie : on le voit guérir des lépreux (Mt 8:1-4), des paralytiques (Mc 2:3-5), des épileptiques (Mt 17:14-21), des aveugles (Jn 9:6), des morts (Jn 11:19-40), etc.

Jésus, un guérisseur itinérant
Extrait du documentaire « Les mystères de la Bible »
theopedie

Ces guérisons ont toutefois une caractéristique commune : Jésus ne cesse d’affirmer que ces guérisons sont liées à la prière et à la confiance que les hommes accordent à Dieu à travers Jésus. Ainsi, Jésus termine le plus souvent ses guérisons par une sentence de type « Va, c’est ta foi qui t’a sauvée. » ou encore « Qu’il t’advienne selon ta foi. » Inversement, lorsque la foi des hommes fait défaut, les guérisons miraculeuses cessent :

Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue. Ses nombreux auditeurs furent très étonnés. Ils disaient : « D’où a-t-il tout cela ? Qui donc lui a donné cette sagesse et le pouvoir d’accomplir de tels miracles ? N’est-ce pas lui le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de Joses, de Jude et de Simon ? Et ses sœurs ne vivent-elles pas ici parmi nous ? » Et cela les empêchait de croire en lui. Alors Jésus leur dit : « Un prophète est estimé partout, excepté dans sa ville natale, sa parenté et sa famille. » Jésus ne put faire là aucun miracle, si ce n’est qu’il posa les mains sur quelques malades et les guérit.

Mc 6, 2-5 (Bible en Français Courant=BFC])

L’importance de la foi empêche de voir dans les guérisons opérées par Jésus un simple exercice de magie. La magie est un pouvoir qui vient d’une technique spirituelle visant à contraindre des forces surnaturelles. Mais, pour Jésus, la maladie était le signe d’une relation brisée entre la créature et le Créateur : c’est alors en priant humblement et en revenant à une relation faite de confiance que l’on peut guérir. La médecine moderne a, elle aussi, retrouvé cet élément psychologique comme processus de guérison, que ce soit dans les effets placebo ou dans la psychiatrique.

Répondre à cet article