Combien coûte une messe ?

samedi 17 mai 2014, par theopedie

En bref : Voici, à titre d’exemple, ce que dit le site financier du diocèse de Lyon : Toute Messe est célébrée pour l’Église et le monde entier. Mais le prêtre peut, à la demande des fidèles, ajouter une intention particulière : remercier Dieu, honorer la Vierge Marie, prier pour un défunt ou une famille, un malade, des jeunes mariés ou un nouveau baptisé… La tradition, manifestée dès les premiers siècles de l’Église, est d’accompagner cette intention d’une offrande de Messe. Cette offrande en argent n’est pas le paiement d’une célébration car une Messe n’a pas de prix. Il s’agit d’un acte de partage de la part des fidèles qui les associe plus particulièrement à la célébration et leur permet de contribuer aux besoins de l’Église et tout particulièrement des prêtres. Ces intentions de prière sont généralement annoncées lors de la Messe. Mais, même si elles ne font pas l’objet d’une annonce, elles sont néanmoins portées dans la prière par le prêtre et la communauté chrétienne. Dans le diocèse de Lyon, le montant de l’offrande de messe est fixé à 17 euros. Il est également possible de confier ses intentions dans le cadre d’une neuvaine (neuf messes consécutives) avec une offrande de 170 euros ou d’un trentain (série de trente messes célébrées pour un défunt) avec une offrande de 500 euros.

JPEG - 19.3 ko
Le péché de simonie
L’évêque qui se prosterne devant le diable, sa crosse renversée.

La messe est une offrande offerte à Dieu. Mais pour que cette offrande offerte à Dieu puisse lui plaire, il faut qu’elle-même soit parfaite, digne, capable de lui plaire. Seul le Christ, parce qu’il a eu une vie parfaite, est capable de faire une telle offrande.

Le prix d’une messe est donc le prix que Jésus a payé pour offrir à Dieu une offrande pure, sainte et capable de lui plaire. Et cela lui a coûté la vie : Il fut immolé rachetant pour Dieu, au prix de son sang, des hommes de toute tribu, langue peuple et nation (Apocalypse 5, 9). Depuis ce jour, une messe n’a plus de prix puisqu’elle a été définitivement payée (Lettre aux Hébreux). Payer pour obtenir une faveur de Dieu revient à vouloir acheter le sacrifice de Jésus. Cela s’appelle de la magie. On parle traditionnellement du péché de « simonie » (en référence à Ac. 8, 9-25). Redisons-le : un messe n’a pas de prix.

« Simon Magus »
Sir Ian Holm as the Devil in « Simon Magus ».
Bilbo1209

Alors pourquoi offre-t-on de l’argent à un prêtre pour qu’il dise une messe ? Et bien tout simplement pour aider le prêtre à vivre ! On n’achète pas la messe, mais le nourriture du prêtre qui va dire la messe... Une offrande est donc une participation financière dont le but principal est de subvenir aux besoins du prêtre et de sa communauté, et pour contribuer aux frais de se mission. Comment pourrait-on, par exemple, atteindre les gens par la prédication si la sono ne marche pas ? Comment chauffer et éclairer l’église si on ne peut payer le gaz ou l’électricité ?

On peut aussi donner à son offrande de messe une signification plus spirituelle. Certes, le sacrifice de Jésus est au-delà de qu’un chrétien peut accomplir, mais rien ne lui interdit de vouloir y participer (au contraire) en offrant une partie de son bien, fruit de son travail et de sa peine.

P.-S.

Voici, à titre d’exemple, ce que dit le site financier du diocèse de Lyon :

Toute Messe est célébrée pour l’Église et le monde entier. Mais le prêtre peut, à la demande des fidèles, ajouter une intention particulière : remercier Dieu, honorer la Vierge Marie, prier pour un défunt ou une famille, un malade, des jeunes mariés ou un nouveau baptisé…

La tradition, manifestée dès les premiers siècles de l’Eglise, est d’accompagner cette intention d’une offrande de Messe.

Cette offrande en argent n’est pas le paiement d’une célébration car une Messe n’a pas de prix. Il s’agit d’un acte de partage de la part des fidèles qui les associe plus particulièrement à la célébration et leur permet de contribuer aux besoins de l’Eglise et tout particulièrement des prêtres.

Ces intentions de prière sont généralement annoncées lors de la Messe. Mais, même si elles ne font pas l’objet d’une annonce, elles sont néanmoins portées dans la prière par le prêtre et la communauté chrétienne.

Dans le diocèse de Lyon, le montant de l’offrande de messe est fixé à 17 euros.

Il est également possible de confier ses intentions dans le cadre d’une neuvaine (neuf messes consécutives) avec une offrande de 170 euros ou d’un trentain (série de trente messes célébrées pour un défunt) avec une offrande de 500 euros.

Répondre à cet article