A quoi sert le baptême ?

mardi 9 septembre 2014, par theopedie

En bref : Le baptême permet à l’âme humaine de renaître à la vie spirituelle.

La théologie du baptême se base en grande partie sur ce passage du Nouveau Testament :

Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’Esprit et de l’eau, ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair n’est que chair. Ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne sois pas étonné si je t’ai dit qui vous faut renaître. Le vent souffle où il veut : tu entends le bruit qu’il fait, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né du souffle de l’Esprit (Jn 3,5-8)

JPEG - 54.3 ko
Mourir au péché...
...la signification du baptême

En lisant ce passage, on s’aperçoit que le baptême a pour but la « régénération spirituelle » de l’âme (Jean 3, 5) : renaître à l’espérance de vivre dans le ciel (1 Pierre 1, 3-4). Cette naissance spirituelle s’oppose à la naissance biologique (Jean 1, 13) :

  • La naissance biologique ne donne qu’une existence biologique douée de forces biologiques.
  • La naissance spirituelle donne une existence spirituelle, une vie selon l’esprit et douée de forces spirituelles, morales et sacrées.

Bien que cette génération s’accomplisse ici-bas à travers le baptême, elle n’en reste pas moins un mystère insondable que l’on considère sa cause – l’Esprit qui souffle où il veut et quand il veut – ou son fruit – la consécration de l’homme à Dieu.

L’expression de « régénération » signifie aussi une naissance « à nouveau ». Il s’agit ici de la justification et de la « rectification » du pécheur (Romains 4, 5). L’homme, abîmé par le péché, doit redevenir « droit » : ce redressement s’apparente à une véritable renaissance, tant elle est étonnante et miraculeuse. Cette justification dépasse la justice praeternaturelle accordée aux premiers hommes (saint Thomas Ia IIae,113,1). La régénération sacramentelle ne crée donc pas à partir de rien : elle crée à nouveau, elle renouvelle dans l’homme atteint par la faute originelle une vie et une existence supérieure et céleste qui avaient été d’abord le partage de l’homme, mais perdues ensuite par le péché.

En s’approfondissant, la théologie du baptême a distingué trois sous-effets distincts :

  • impression d’un sceau spirituel (caractère) par lequel l’homme est consacré à Dieu,
  • rémission des péchés et des peines
  • le don des vertus et de l’Esprit Saint.

Répondre à cet article