À l’origine, quelle était la religion de l’humanité ?

mardi 21 janvier 2014, par Paul Adrien d’Hardemare

JPEG - 142.4 ko

Si Adam possédait par privilège de sa condition un génie spirituel plus puissant que le nôtre, lui assurant une connaissance qui dépassait en intensité ce que nous connaissons, Adam avait-il pour autant une connaissance extensive et explicite des choses religieuses ? Ou, pour le dire autrement, à défaut de pouvoir contempler Dieu directement dans son essence même, Adam connaissait-il les grandes vérités de la théologie naturelle et révélée ?

JPEG - 1.2 Mo

Dans sa connaissance de Dieu, Adam possédait une intuition qui dépassait la nôtre, puisqu’il ne souffrait pas encore des affres du péché. Il percevait Dieu à travers ses effets et toute chose lui apparaissait baignée de la lumière divine. Cependant, à lire attentivement le texte, sa connaissance religieuse semble ambiguë :

  • d’un côté Adam a eu l’intuition d’une réalité sacrée source de la loi morale (symbolisée par « l’arbre de la connaissance du bien et du mal »),
  • mais de l’autre, son intuition n’a pas probablement pas eu le temps de s’approfondir en une véritable pratique religieuse.

Gobekli Tepe, site préhistorique turc
Temple antique, daté à 12000 :
la religion comme moteur de la civilisation.
Tommy Knocker

On ne le voit pas invoquer « Celui qui est » (YWHW), privilège réservé à Enosh (Gn 4,26), ni avoir la foi, privilège réservé à Hénoch (Gn 5,22) et la tentation du diable suggère même quelques relents polythéistes (« Vous serez comme des dieux »).

Il semble qu’on puisse lui accorder des rudiments de théologie naturelle (existence d’une réalité sacrée bonne et toute puissante) mais guère plus. Autrement dit, Adam possédait une religion naturelle probablement seulement implicite.

Répondre à cet article