9 Moïse (2/3) ou « La traversée de la mer rouge »

vendredi 8 juin 2012, par theopedie

Pour libérer son peuple, Dieu a a donné à Moïse le pouvoir de faire des miracles. Toutefois, malgré tous les miracles qu’il a pu faire pour faire peur au Pharaon, ce dernier refuse de laisser partir les juifs. Dieu décide de frapper un dernier grand coup. Ce sera la nuit de la Pâque, la nuit de la délivrance (Ex 11 ; 12-21-32 ; 13-14).

 1. Le texte

La fête de la Pâque

JPEG - 92.4 ko
Les dix plaies d’Égypte

Le Seigneur dit à Moïse : « Je vais infliger un dernier fléau au Pharaon et aux Égyptiens. Après cela, il vous laissera partir, il vous chassera même définitivement d’ici. Parle donc aux Israélites, que chaque homme demande à son voisin, chaque femme à sa voisine, des objets d’or ou d’argent. » Le Seigneur amena les Égyptiens à considérer les Israélites avec faveur. D’ailleurs, Moïse lui-même était un personnage très respecté en Égypte, tant par l’entourage du Pharaon que par la population.

Moïse dit au Pharaon : « Voici ce que déclare le Seigneur : “Vers minuit, je passerai à travers l’Égypte. Tous les premiers-nés de ce pays vont mourir, aussi bien ton fils aîné, à toi qui règnes, que le fils aîné de la servante qui moud le blé, et que les premiers-nés du bétail. Alors dans toute l’Égypte retentiront de grands cris, tels qu’on n’en a jamais entendu et qu’on n’en entendra plus jamais. Mais chez les Israélites on n’entendra même pas un chien gronder contre un homme ou une bête. Ainsi vous saurez que moi, le Seigneur, je fais la différence entre les Égyptiens et les Israélites.” A ce moment-là, continua Moïse, tous les gens de ton entourage, que voici, viendront se jeter à genoux devant moi et me diront : “Allez-vous-en, toi et ton peuple ! ” Je m’en irai aussitôt. » Et Moïse, très en colère, sortit de chez le Pharaon. Le Seigneur lui dit encore : « Si le Pharaon ne veut pas vous écouter, c’est pour que je puisse multiplier mes prodiges dans son pays. » Or Moïse et Aaron avaient déjà accompli un grand nombre de prodiges sous les yeux du Pharaon, mais le Seigneur l’avait rendu si obstiné qu’il n’avait pas laissé partir les Israélites de son pays. [...]

JPEG - 68.4 ko

Moïse convoqua tous les anciens d’Israël et leur dit : « Allez vous procurer des agneaux ou des chevreaux pour vos familles et égorgez-les pour la fête de la Pâque. Prenez un bouquet de branches d’hysope, trempez-le dans le récipient contenant le sang de la victime, et mettez-en sur les deux montants et sur la poutre supérieure de la porte d’entrée. Dès lors, et jusqu’au matin, que personne ne sorte de sa maison. Le Seigneur va passer pour punir les Égyptiens, mais lorsqu’il verra le sang sur les montants et sur la poutre, il passera sans permettre au fléau destructeur de pénétrer dans vos maisons. Vous et vos descendants, vous observerez toujours ces prescriptions. Quand vous serez entrés dans le pays que le Seigneur a promis de vous donner, vous accomplirez cette cérémonie. Si vos enfants vous demandent ce qu’elle signifie, vous leur répondrez : “Il s’agit du sacrifice offert au Seigneur à l’occasion de la Pâque. Lorsque les Israélites étaient en Égypte, le Seigneur a porté la mort chez les Égyptiens, mais il a passé sans s’arrêter devant nos maisons, épargnant ainsi nos familles.” »

Alors les Israélites s’inclinèrent jusqu’à terre pour adorer le Seigneur. Puis ils allèrent faire tout ce que le Seigneur avait ordonné à Moïse et à Aaron. Au milieu de la nuit, le Seigneur fit mourir tous les premiers-nés d’Égypte, aussi bien le fils aîné du Pharaon, roi d’Égypte, que le fils aîné du captif enfermé dans la prison et que les premiers-nés du bétail. En cette nuit-là, le Pharaon, son entourage et tous les Égyptiens se levèrent, et il y eut de grands cris dans tout le pays, car il n’y avait pas une seule maison sans un mort. Le Pharaon, en pleine nuit, convoqua Moïse et Aaron et leur dit : « Quittez mon pays ! Partez, vous et vos Israélites ; allez rendre un culte au Seigneur, comme vous l’avez demandé. Prenez même tout votre bétail, comme vous l’avez dit, et allez-vous-en. Et puis demandez à votre Dieu de me bénir. » [...]

La sortie d’Égypte

Documentaire : Les dix plaies d’Égypte

Lorsque le Pharaon laissa partir les Israélites, Dieu ne leur fit pas prendre le chemin du pays des Philistins, bien que ce soit le plus direct. Il craignait en effet que le peuple, effrayé par les combats à livrer, ne change d’avis et revienne en Égypte. C’est pourquoi il les mena par le chemin détourné qui, à travers le désert, se dirige vers la mer des Roseaux. Les Israélites quittèrent l’Égypte bien équipés. Moïse emportait le corps de Joseph, car celui-ci avait dit à ses frères : « Dieu vous viendra certainement en aide. Jurez-moi d’emporter alors mon corps avec vous. » Les Israélites quittèrent Soukoth et allèrent installer leur camp à Étam, en bordure du désert. Le Seigneur les précédait, de jour dans une colonne de fumée pour les guider le long du chemin, et de nuit dans une colonne de feu pour les éclairer ; les Israélites pouvaient ainsi marcher jour et nuit. La colonne de fumée, pendant le jour, et la colonne de feu, pendant la nuit, ne cessèrent jamais de les précéder. Le Seigneur dit à Moïse : « Ordonne aux Israélites de revenir camper près de Pi-Hahiroth, entre Migdol et la mer. C’est là que vous installerez votre camp, en face de Baal-Sefon, près de la mer. Le Pharaon pensera que vous errez tout affolés dans cette région, prisonniers du désert. Je le pousserai à s’obstiner et il vous poursuivra. Alors je manifesterai ma gloire en l’écrasant, lui et toutes ses troupes. Ainsi les Égyptiens sauront que je suis le Seigneur. »

Les Israélites agirent selon ces instructions. Lorsqu’on annonça au Pharaon et à son entourage que les Israélites avaient quitté le pays, ils changèrent d’idée à leur sujet et se dirent : “Qu’avons-nous fait là ? Pourquoi avons-nous laissé les Israélites s’en aller, au lieu de les garder comme esclaves ? ” Le Pharaon fit atteler son char et partit avec son armée ; il avait avec lui tous les chars d’Égypte, dont les six cents meilleurs, chacun avec son équipage complet. Le Seigneur poussa le Pharaon, roi d’Égypte, à poursuivre avec obstination les Israélites, au moment où ceux-ci quittaient le pays comme s’ils étaient déjà libres. L’armée égyptienne, avec tous ses chevaux, chars et cavaliers, poursuivit donc les Israélites et les rattrapa près de Pi-Hahiroth, en face de Baal-Sefon, là où ils campaient près de la mer.

Documentaire sur l’exode
La Bible dévoilée
Esprigodalien, Ib9Hg74y3gY

Les Israélites virent que les Égyptiens s’étaient mis en route pour les poursuivre et que, déjà, le Pharaon arrivait. Ils eurent très peur, ils se mirent à appeler le Seigneur à grands cris et dirent à Moïse : « N’y avait-il pas assez de tombeaux en Égypte ? Pourquoi nous as-tu emmenés mourir dans le désert ? Pourquoi nous as-tu fait quitter l’Égypte ? Nous te l’avions bien dit, quand nous étions encore là-bas : “Laisse-nous tranquilles ; nous voulons servir les Égyptiens. Cela vaut mieux pour nous que de mourir dans le désert.” » — « N’ayez pas peur, répondit Moïse. Tenez bon et vous verrez comment le Seigneur interviendra aujourd’hui pour vous sauver. En effet, ces Égyptiens que vous voyez aujourd’hui, vous ne les reverrez plus jamais. Le Seigneur va combattre à votre place. Vous n’aurez pas à intervenir. »

Le Seigneur dit à Moïse : « Pourquoi m’appelles-tu à l’aide ? Dis aux Israélites de se mettre en route. Prends ton bâton en main et élève-le au-dessus de la mer ; ouvre ainsi un passage dans la mer afin que les Israélites puissent la traverser à pied sec. Quant à moi, je pousse les Égyptiens à s’obstiner et à y pénétrer derrière vous. Je manifesterai alors ma gloire en écrasant le Pharaon avec toutes ses troupes, ses chars et ses cavaliers. Les Égyptiens sauront que je suis le Seigneur, lorsque j’aurai manifesté ma gloire de cette manière. »

JPEG - 161.6 ko

L’ange de Dieu, qui auparavant précédait les Israélites, alla se placer derrière leur camp. De même, la colonne de fumée qui était devant eux passa derrière eux ; elle se plaça entre le camp des Égyptiens et celui des Israélites. Cette fumée était obscure d’un côté, tandis que de l’autre elle éclairait la nuit. Ainsi les adversaires ne s’approchèrent pas les uns des autres de toute la nuit. Moïse étendit le bras au-dessus de la mer. Le Seigneur fit alors souffler un fort vent d’est durant toute la nuit pour refouler la mer et la mettre à sec. Les eaux se séparèrent et les Israélites traversèrent la mer à pied sec : de chaque côté d’eux, l’eau formait comme une muraille. Les Égyptiens les poursuivirent ; tous les chevaux du Pharaon, avec chars et cavaliers, pénétrèrent derrière eux dans la mer. Vers la fin de la nuit, le Seigneur, du milieu de la colonne de feu et de fumée, regarda l’armée égyptienne et la désorganisa. Il bloqua les roues des chars, qui n’avancèrent plus que difficilement. Alors les Égyptiens s’écrièrent : « Fuyons loin des Israélites, car le Seigneur combat avec eux contre nous ! » Le Seigneur dit à Moïse : « Étends ton bras au-dessus de la mer, pour faire revenir l’eau sur les chars et les cavaliers égyptiens. » Moïse obéit. Alors, à l’aube, la mer reprit sa place habituelle. Les Égyptiens qui s’enfuyaient se trouvèrent soudain face à l’eau, et le Seigneur les y précipita. L’eau recouvrit tous les chars et les cavaliers des troupes du Pharaon qui avaient poursuivi les Israélites dans la mer. Personne n’échappa. Quant aux Israélites, ils avaient traversé la mer à pied sec, l’eau formant comme une muraille de chaque côté d’eux.

La traversée de la mer rouge

Ainsi, ce jour-là, le Seigneur délivra les Israélites du pouvoir des Égyptiens, et les Israélites purent voir les cadavres des Égyptiens sur le rivage de la mer. Les Israélites virent avec quelle puissance le Seigneur était intervenu contre l’Égypte. C’est pourquoi ils reconnurent son autorité ; ils mirent leur confiance en lui et en son serviteur Moïse.

 2. Questions sur le texte

DM n°9 pour les Sixièmes

Sur une grande feuille recto, vous écrirez le numéro du DM, votre nom et votre classe, puis vous répondrez aux questions suivantes :

  1. Dans quel pays se trouvent les juifs ?
  2. Pourquoi veulent-ils partir ?
  3. Dans quel pays veulent-ils aller ?
  4. Avec vos mots, expliquer ce que signifie, dans le texte, un fléau.
  5. Comment Dieu va-t-il obliger les Égyptiens à laisser partir les juifs ?
  6. Comment les juifs se protègent-ils ?
  7. Plus tard, les juifs devront célébrer une cérémonie. Comment s’appelle-t-elle ?
  8. Les juifs sont-ils un peuple courageux ? Pourquoi ?
  9. Comment les juifs trouvent-ils leur chemin dans le désert ?
  10. Résumez en quatre lignes maximum le passage de la mer rouge.
  11. (Bonus) Pourquoi la Pâque juive et la Pâque chrétienne sont-elles célébrées à la même date ?

Répondre à cet article