4. Périodisation de la philosophie médiévale

jeudi 8 septembre 2016, par Denis Cerba

En bref : L’histoire de la philosophie médiévale comporte trois périodes (une période d’émergence extrêmement brève, une période de quasi-disparition, et une période de ré-émergence et d’efflorescence), mais ces périodes ne recouvrent pas exactement celles de l’histoire générale du Moyen Âge.

L’histoire de la philosophie médiévale ne recouvre pas exactement l’histoire générale du Moyen Âge.

 L’histoire générale du Moyen âge

L’histoire générale du Moyen Âge présente trois grandes périodes (cf. Les grandes lignes de l’histoire du Moyen Âge occidental) :

  1. Le haut Moyen Âge (6e-10e s.) : période de transition entre la civilisation antique et la naissance de quelque chose de nouveau (qui ne s’affirmera vraiment qu’au 11e s.).
  2. Le Moyen Âge central (11e-13e s.) : période de redémarrage tous azimuts de l’Occident.
  3. Le Moyen Âge tardif (14e-15e s.) : période de crise généralisée (famines, peste, guerres, instabilités politiques, etc.).

 L’histoire de la philosophie médiévale

L’histoire de la philosophie médiévale présente elle aussi trois grandes périodes, mais qui sont en décalage avec celles de l’histoire générale :

  1. Une période d’émergence : elle est très brève (fin 5e-début 6e s.), mais néanmoins capitale. Quelque chose de nouveau émerge en philosophie (dépassant la philosophie antique et préfigurant la philosophie médiévale « classique »), qui s’incarne avant tout dans la figure de Boèce (480-525). Sur cette période, cf. art. 1216.
  2. Une période d’assoupissement, voire de coma (fin 6e-début 11e s.). La philosophie disparaît des radars de l’histoire de l’Occident, hormis un météore : Jean Scot Érigène (800-877).
  3. Une période de ré-émergence et d’efflorescence (11e-15e s.). Cette période est longue et complexe (elle comporte plusieurs sous-périodes), mais elle est en prise directe avec la période d’émergence initiale : elle naît de la lecture des traités logiques de Boèce par des moines normands au début du 11e s.

Répondre à cet article