4 Noé ou « Le temps de la patience divine »

samedi 2 juin 2012, par theopedie

L’humanité est devenue très violente. Pour que les hommes comprennent que leur méchanceté doit avoir une limite, Dieu décide de laisser cette violence entrer dans la nature : les eaux se rebellent contre les hommes et les inondent dans un grand déluge (Gn 6,5-9,17). De cette catastrophe et de la prière de Noé, une nouvelle alliance naît entre Dieu, les hommes et la nature.

 1. Le texte

Voici l’histoire de Noé, qui était père de trois fils : Sem, Cham et Japhet. Seul parmi ses contemporains, Noé était un homme droit, fidèle à Dieu ; il vivait en communion avec Dieu. Mais aux yeux de Dieu, l’humanité était pourrie : partout ce n’était que violence. Quand il regardait la terre, il constatait que tout le monde s’y était dévoyé. [...] Le Seigneur dit à Noé :

Film la Genèse 4/5

« Entre dans l’arche, toi et ta famille, car j’ai constaté que tu es le seul parmi tes contemporains à m’être fidèle. Prends avec toi sept couples de chaque sorte d’animaux purs, mais un couple seulement de chaque sorte d’animaux impurs. Pour les oiseaux, prends aussi sept couples de chaque sorte, afin de sauver leur espèce sur la terre. Encore une semaine, et je ferai tomber la pluie pendant quarante jours et quarante nuits ; je balayerai ainsi de la surface du sol tous les êtres que j’ai faits. » Noé exécuta tout ce que le Seigneur lui avait ordonné. Noé avait six cents ans quand la grande inondation survint sur la terre. Il entra dans l’arche avec sa femme, ses fils et ses belles-filles, pour échapper à l’inondation. Les animaux purs, les animaux impurs, les oiseaux et les petites bêtes qui se meuvent au ras du sol, tous arrivèrent jusqu’à l’arche de Noé, deux par deux, un mâle et une femelle, comme Dieu l’avait ordonné.

Au bout de la semaine, la grande inondation submergea la terre. L’année où Noé eut six cents ans, le dix-septième jour du deuxième mois, les eaux souterraines jaillirent impétueusement de toutes les sources, et les vannes du ciel s’ouvrirent en grand. Il se mit à pleuvoir sur la terre ; la pluie allait durer quarante jours et quarante nuits. C’est ce jour-là que Noé entra dans l’arche avec sa femme, ses fils Sem, Cham et Japhet et ses trois belles-filles, et avec toutes les espèces d’animaux sauvages ou domestiques, de petites bêtes, d’oiseaux et d’insectes. Des couples de toutes les espèces vivantes arrivèrent ainsi à l’arche auprès de Noé. Un mâle et une femelle de chaque espèce y entrèrent, comme Dieu l’avait ordonné à Noé. Puis le Seigneur ferma la porte derrière Noé. La grande inondation dura quarante jours sur la terre.

Film la Genèse 5/5

Quand le niveau de l’eau monta, l’arche fut soulevée au-dessus du sol et se mit à flotter. Puis le niveau monta de plus en plus et l’arche partit à la dérive sur l’eau. Le niveau monta toujours plus, jusqu’à ce que les plus hautes montagnes qui existent soient entièrement recouvertes. L’eau monta finalement jusqu’à plus de sept mètres au-dessus des sommets. Tout ce qui vivait et se mouvait sur la terre expira : les oiseaux, le bétail, les animaux sauvages, les bestioles qui grouillent sur la terre, et aussi les humains. Sur l’ensemble de la terre ferme, tout ce qui possédait un souffle de vie mourut. Le Seigneur balaya ainsi de la terre tout ce qui vivait, depuis les êtres humains jusqu’aux grands animaux, aux petites bêtes et aux oiseaux. Ils furent éliminés de la terre.

JPEG - 170.8 ko
Le déluge (détail)
Paolo Uccello

Seul Noé survécut et, avec lui, ceux qui étaient dans l’arche. Le niveau de l’eau resta haut pendant cent cinquante jours sur la terre. Puis Dieu pensa à Noé et à tous les animaux, sauvages et domestiques, qui se trouvaient avec lui dans l’arche. Il fit souffler un vent sur la terre, et le niveau de l’eau commença de baisser. Les sources des eaux souterraines et les vannes du ciel se fermèrent. La pluie cessa de tomber. Les eaux se retirèrent progressivement de la terre. Ainsi, cent cinquante jours après le début de l’inondation, le niveau de l’eau se mit à baisser. Le dix-septième jour du septième mois, l’arche s’échoua dans le massif de l’Ararat. Les eaux continuèrent à se retirer jusqu’au dixième mois. Le premier jour de ce mois, on vit apparaître le sommet des montagnes.

Au bout de quarante jours, Noé ouvrit la fenêtre qu’il avait ménagée dans l’arche. Il laissa partir un corbeau. Celui-ci sortit et s’en revint bientôt : il fallait attendre que l’eau se résorbe sur la terre. Puis Noé laissa partir une colombe, pour voir si le niveau de l’eau avait baissé. Mais elle ne trouva aucun endroit où se percher, car l’eau couvrait encore toute la terre ; elle revint donc à l’arche, auprès de Noé. Celui-ci tendit la main, prit la colombe et la ramena dans l’arche. Il attendit une semaine et la laissa de nouveau partir. La colombe revint auprès de lui vers le soir ; elle tenait dans son bec une jeune feuille d’olivier. Alors Noé sut que le niveau de l’eau avait baissé sur la terre. Il attendit encore une semaine et laissa partir la colombe, mais celle-ci ne revint pas. Dès le premier jour de l’année où Noé eut six cent un ans, l’eau était résorbée sur la terre. Noé ôta le toit de l’arche, il regarda dehors et constata que toute la surface du sol était sèche. Le vingt-septième jour du second mois la terre était tout à fait sèche.

JPEG - 55.1 ko
Tempête en Dakota du Sud

Alors Dieu dit à Noé : « Sors de l’arche, ainsi que ta femme, tes fils et tes belles-filles. Fais sortir aussi toutes les bêtes qui sont avec toi, toutes les espèces d’oiseaux, de grands et de petits animaux ; qu’ils se répandent sur la terre et qu’ils s’y multiplient. » Noé sortit donc de l’arche, avec sa femme, ses fils et ses belles-filles. Puis sortirent aussi, par familles, tous les animaux, avec les oiseaux et les petites bêtes qui se meuvent au ras du sol. Noé bâtit un autel qu’il consacra au Seigneur. Parmi les grands animaux et les oiseaux, il prit une bête de chaque espèce considérée comme pure et les offrit au Seigneur sur l’autel en sacrifice entièrement consumé par le feu.

L’arche de Noé
Silly Symphonies, 1933
musique

Le Seigneur respira l’odeur apaisante de ce sacrifice et il se dit : « Désormais je renonce à maudire le sol à cause des êtres humains. C’est vrai, dès leur jeunesse ils n’ont au cœur que de mauvais penchants. Mais je renonce désormais à détruire tout ce qui vit comme je viens de le faire. Tant que la terre durera, semailles et moissons, chaleur et froidure, été et hiver, jour et nuit ne cesseront jamais. » Dieu bénit Noé et ses fils en leur disant : « Multipliez-vous et peuplez toute la terre. Vous inspirerez désormais la plus grande crainte à toutes les bêtes de la terre, aux oiseaux, aux petits animaux et aux poissons ; vous pourrez disposer d’eux. Tout ce qui remue et qui vit pourra vous servir de nourriture ; comme je vous avais donné l’herbe verte, je vous donne maintenant tout cela. Cependant vous ne devez pas manger la viande qui contient encore la vie, c’est-à-dire le sang. Votre sang aussi, qui est votre vie, j’en demanderai compte ; j’en demanderai compte à tout animal qui aura tué un être humain, comme à tout être humain qui aura tué son semblable ; je demanderai compte de la vie de l’homme. Celui qui répand le sang de l’homme, c’est par l’homme que son sang sera répandu, car Dieu a fait l’être humain à son image. Quant à vous, ayez des enfants, multipliez-vous et répandez-vous en grand nombre sur la terre. »

Sur les traces de l’Arche de Noé

Dieu dit alors à Noé et à ses fils : « Je vous fais une promesse, ainsi qu’à vos descendants et à tout ce qui vit autour de vous : oiseaux, animaux domestiques ou sauvages, ceux qui sont sortis de l’arche et tous ceux qui vivront à l’avenir sur la terre. Voici à quoi je m’engage : Jamais plus la grande inondation ne supprimera la vie sur terre ; il n’y aura plus de grande inondation pour ravager la terre. » Et Dieu ajouta : « Voici le signe que je m’y engage envers vous et envers tout être vivant, aussi longtemps qu’il y aura des hommes : Je place mon arc dans les nuages ; il sera un signe qui rappellera l’engagement que j’ai pris à l’égard de la terre. Chaque fois que j’accumulerai des nuages au-dessus de la terre et que l’arc-en-ciel apparaîtra, je penserai à l’engagement que j’ai pris envers vous et envers toutes les espèces d’animaux : il n’y aura jamais plus de grande inondation pour anéantir la vie. Je verrai paraître l’arc-en-ciel, et je penserai à l’engagement éternel que j’ai pris à l’égard de toutes les espèces vivantes de la terre. » Et Dieu le répéta à Noé : « L’arc-en-ciel est le signe de l’engagement que j’ai pris à l’égard de tous les êtres qui vivent sur la terre. »

 2. Questions sur le texte

DM n°4 (sixième)

Sur une grande feuille recto, vous écrirez le numéro du DM, votre nom et votre classe, puis vous répondrez aux questions suivantes :

  1. Pourquoi Dieu veut-il tout détruire ?
  2. Pourquoi veut-il sauver Noé ?
  3. Qui était dans l’arche ?
  4. (question piège) Combien de temps dura le séjour dans l’arche ?
  5. Comment Noé sut-il qu’il pouvait sortir de l’arche ?
  6. Que fit Noé après le déluge ?
  7. Comment Dieu réagit-il ?
  8. Quel signe lui donna-t-il ?
  9. (Bonus) En vous aidant des trois dernières questions, expliquer pourquoi ce texte s’appelle-t-il « le temps de la patience divine » ?

Documents joints

Répondre à cet article