3. Qu’est-ce qu’un « esprit omniprésent » ?

lundi 7 avril 2014, par Denis Cerba

En bref : Pour un théiste, Dieu est une personne dépourvue de corps, et néanmoins partout présente. Il est une personne parce qu’il en possède les caractéristiques fondamentales. Il est partout présent, au sens où il contrôle et connaît directement tout ce qui se passe dans le monde.

Pour le théisme traditionnel, Dieu est un esprit, c’est-à-dire une personne dépourvue de corps.

Nous avons vu ce qu’est une personne. Donc, que Dieu soit une personne, cela signifie la chose suivante : bien qu’aucun prédicat de type M ne puisse lui être attribué (Dieu n’a aucune caractéristique matérielle, physique), il est néanmoins caractérisable par des prédicats de type P, et notamment par ceux qui distinguent la personne du simple « être animé » : Dieu pense et parle, il a une volonté complexe (non limitée à un certain jeu de désirs basiques), une connaissance étendue des choses, et il juge du bien et du mal.

Deuxièmement, bien que Dieu soit dépourvu de corps, il est néanmoins « omniprésent » (c’est-à-dire : « présent » en tout lieu de l’Univers physique). Comment comprendre cette affirmation qui peut sembler contradictoire ?

D’abord, le Dieu du théisme traditionnel est clairement dépourvu de corps, parce qu’il n’y a aucun objet physique auquel Dieu soit relié comme chacun de nous est relié au corps qui est « le sien » (cf. Qu’est-ce qu’avoir un corps ?) : il n’y a pas d’objet physique précis dont Dieu ressente plus ou moins désagréablement les perturbations (critère n°1), à partir duquel il aurait un point de vue limité sur l’Univers (critère n°4), ou dont le dysfonctionnement pourrait perturber la rationalité de sa pensée ou de son vouloir (critère n°5). Même l’Univers entier n’est pas ainsi relié au Dieu tel que le théisme traditionnel le conçoit (si c’était le cas, il s’agirait de « panthéisme » : dans une vision panthéiste de Dieu et du monde, l’Univers physique est le corps de Dieu).

Pourtant, Dieu est « présent » à la totalité de l’Univers physique (sans que l’Univers soit son corps), de deux façons :

  1. Dieu peut mouvoir directement (c’est-à-dire : par action basique) n’importe quelle partie de l’Univers : comme un homme peut mouvoir son bras par action basique, mais à ceci près que Dieu contrôle ainsi absolument toute chose !
  2. Dieu non seulement contrôle directement toute chose, mais il connaît aussi directement toute chose : il « voit » directement toute chose, sans être limité comme nous le sommes par le point de vue qui est celui que nous fournit notre corps.

C’est ce contrôle et cette connaissance directs de toute chose que la théologie chrétienne appelle traditionnellement l’« omniprésence » de Dieu au monde. Elle rappelle un peu la présence que nous-mêmes avons à notre corps (critères n° 2 et 3 : nous ressentons l’état interne de certaines parties de notre corps, et nous pouvons mouvoir directement certaines parties de notre corps), mais la différence est beaucoup trop grande pour qu’on puisse dire que Dieu soit « incarné » dans le monde comme nous-mêmes sommes incarnés dans notre corps ! Voici comment Swinburne résume cette différence, avant de synthétiser l’enseignement de la théologie chrétienne classique à ce sujet :

Dieu n’a pas besoin pour agir ou connaître que l’Univers existe : il pourrait annihiler cet Univers en un instant par une action basique, et continuer à exister seul ou bien créer un autre Univers par une action basique.
L’affirmation que Dieu contrôle toute chose directement et connaît toute chose sans que l’information doive lui parvenir par une chaîne causale (par ex. : sans que des rayons lumineux doivent parvenir jusqu’à lui et stimuler ses yeux) a souvent pris la forme de la doctrine de l’omniprésence de Dieu. Cette doctrine a été très clairement exposée par Thomas d’Aquin dans la Somme de Théologie, I. 8. Je résume brièvement ce que dit Thomas d’Aquin. Dieu, dit Thomas, existe partout d’abord parce qu’il agit partout. Il n’agit pas par des intermédiaires, mais directement. Il agit directement parce qu’il donne existence et pouvoir aux choses en tout lieu. Dans l’article 3 de cette Question 8, Thomas argumente en faveur de la proposition que « Dieu est partout en substance, pouvoir et présence » : « Dieu existe en toute chose par son pouvoir dans la mesure où toute chose est soumise à son pouvoir, par sa présence dans la mesure où toute chose est nue et ouverte à son regard, et par sa substance dans la mesure où il existe en toute chose en causant son existence. » Que Dieu soit en toute chose par son pouvoir et sa substance, cela signifie donc que toute chose est soumise à son contrôle direct. Et que Dieu soit partout présent, cela signifie qu’il sait ce qui se passe en tout lieu, sans dépendre pour cela d’intermédiaires tels que des yeux ou des oreilles. (The Coherence of Theism, ch. 7, p. 105-6)

Répondre à cet article