2. Qu’est-ce qu’une affirmation « cohérente » ?

samedi 7 décembre 2013, par Denis Cerba

Le théisme repose sur une affirmation centrale : « Dieu existe » (ou « Il y a un Dieu »). Concernant cette affirmation, la question la plus importante est évidemment celle de savoir si elle est vraie ou non. Néanmoins, il n’est pas possible de rechercher de but en blanc la réponse à cette question. Il est nécessaire au préalable de se poser deux questions préparatoires :

  1. Que signifie l’affirmation « Dieu existe » ?
  2. L’affirmation « Dieu existe » est-elle cohérente  ?

Concernant la première question, il suffit de dire la chose suivante : ce qui donne une signification à l’affirmation « Dieu existe », c’est ce que les théistes entendent par le mot « Dieu » (cf. Qu’est-ce que le théisme ?). Donc, « Dieu existe », cela signifie : il existe un être doté des propriétés suivantes (ou de la plupart d’entre elles) : être une personne dépourvue de corps (un esprit), être présent en tout lieu, être le créateur et le sustenteur de l’Univers, être un agent libre, tout-puissant, omniscient, parfaitement bon, source d’obligation morale, immuable, éternel, nécessaire, saint, digne objet d’adoration...

Donc, la signification de l’affirmation « Dieu existe » se monnaye en de nombreuses affirmations - du genre : « Il existe un être saint, créateur et sustenteur de l’Univers », « Il existe un esprit tout-puissant et éternel », etc. [1] Incontestablement, toutes ces affirmations ont un sens. Mais sont-elles cohérentes  ? C’est la deuxième question, plus importante et plus difficile.

Qu’est-ce qu’une affirmation cohérente ? Pour être cohérente, une affirmation n’a pas besoin d’être vraie (par exemple : « Ségolène Royal est présidente de la République » est une affirmation fausse, mais cohérente) ; mais il ne lui suffit pas pour autant d’avoir un sens (par exemple : « Je mesure moins d’1m 60 et plus d’1m 70 » est une affirmation qui a un sens, mais qui est totalement incohérente). La cohérence, c’est pour une affirmation une qualité intermédiaire entre le simple fait d’avoir un sens et la qualité d’être vraie. Être vraie, c’est certes ce qu’il y a de plus important pour une affirmation, mais il est aussi important d’avoir un sens et d’être cohérente, car seul ce qui a un sens et est cohérent peut être vrai  !

Une affirmation cohérente, c’est une affirmation qui, sans être nécessairement vraie, a néanmoins un sens tel qu’elle pourrait être vraie  : un état de chose est au moins concevable qui la rende vraie. Ségolène Royal n’est, de fait, pas présidente de la République, mais rien n’empêche d’imaginer un état du monde actuel dans lequel elle le serait ; en revanche (si on reste dans les limites du concevable !), on ne saurait imaginer une situation dans laquelle je mesurerais à la fois moins d’1m 60 et plus d’1m 70... L’incohérent, c’est simplement ce à quoi le sens même des mots qu’on emploie interdit définitivement d’être vrai.

Dans certains cas, il est très facile de voir qu’une affirmation est incohérente : c’est le cas de l’exemple que nous avons pris. Mais dans d’autres cas, c’est beaucoup plus difficile. Est-il cohérent de supposer, par exemple, qu’il existe un être tout-puissant  ? C’est le genre de questions fondamentales concernant Dieu que Swinburne se pose dans La Cohérence du Théisme.

P.-S.

Nous proposons une analyse plus poussée de la notion de cohérence d’une proposition dans l’article 385 : 7. Les propositions crédales sont-elles « factuelles » ?

Notes

[1Ces affirmations sont appelées par Swinburne des « credal sentences » : des phrases qui expriment un article de foi (The Coherence of Theism, p. 2)

Répondre à cet article