14 Les prophètes (3/3) ou « L’attente du Saint libérateur »

dimanche 10 juin 2012, par theopedie


La nouvelle alliance que Dieu propose se précise. Le prophète Isaïe raconte comme Dieu enverra un serviteur qui, par sa sainteté et son humilité, sera le le modèle et le sauveur de son peuple. C’est le Saint (« Christ » en grec, « Messie » en hébreu) : un personnage sacré promis pour la fin des temps. Grâce à lui, Jérusalem sera rebâtie et deviendra la capitale religieuse, non plus du seul peuple d’Israël, mais du monde entier (Is 52,13-54,12).

 1. Le texte

La promesse de salut

Réveille-toi, Jérusalem, réveille-toi vite, retrouve ta vigueur. Sion [Jérusalem], ville de Dieu, mets tes plus beaux habits. Car les étrangers, les impurs ne mettront plus les pieds chez toi. Tu es couverte de poussière, secoue-toi, Jérusalem. Debout, et reprends ta place, Sion [Jérusalem] la prisonnière, libère-toi des liens qui enserrent ton cou.

Documentaire sur les prophètes

Voici en effet ce que le Seigneur déclare à son peuple : « Vous avez été livrés comme esclaves sans contrepartie, vous serez libérés sans payer un sou. » Et voici ce que le Seigneur Dieu déclare encore : « Au début de son histoire, mon peuple alla se réfugier en Égypte. A la fin, les Assyriens le maltraitèrent. Dans la situation présente, qu’ai-je donc à gagner ? Mon peuple a été emmené prisonnier sans dédommagement. Ceux qui le tyrannisent sont triomphants. Et sans cesse mon nom est tourné en ridicule. C’est pourquoi, un de ces jours, mon peuple va savoir qui je suis ; il va le savoir, c’est moi qui dis : J’arrive ! »

Qu’il est beau de voir venir, franchissant les montagnes, un porteur de bonne nouvelle ! Il annonce la paix, le bonheur et le salut. Et il te dit, Jérusalem : « Ton Dieu est roi. » Écoute donc les hommes que tu as placés en sentinelle : tous ensemble ils crient de joie, car ils voient de leurs propres yeux le Seigneur revenir à Sion [Jérusalem].

Ruines de Jérusalem, lancez des cris de joie : le Seigneur réconforte son peuple, il libère Jérusalem. Aux yeux de toutes les nations le Seigneur s’est donné les mains libres pour réaliser son œuvre divine. Et jusqu’au bout du monde on pourra voir la délivrance que nous apporte notre Dieu. Vous qui rapportez les ustensiles réservés au culte du Seigneur, partez, partez vite, quittez Babylone sans rien toucher d’impur. Gardez-vous purs en sortant d’ici. Pour vous, cette fois, ce n’est plus un départ en catastrophe, vous ne partez plus dans la panique, car c’est le Seigneur qui est votre avant-garde, et c’est le Dieu d’Israël qui sera aussi votre arrière-garde.

L’annonce d’un serviteur sauveur

JPEG - 33.1 ko
La Pieta
La mère pleure son fils mort, Michelange, Saint Pierre de Rome

Mon serviteur, dit le Seigneur, connaîtra le succès et recevra les plus grands honneurs. De même qu’à son sujet beaucoup avaient été stupéfaits tant son aspect défiguré n’avait plus rien d’humain et tant sa forme n’avait plus rien d’un homme, ainsi maintenant fera-t-il sursauter de nombreuses nations et devant lui des rois resteront bouche bée ; car ce qu’ils voient n’a rien de commun avec ce qu’on a pu leur raconter, ce qu’ils apprennent est inouï.

[Oui], qui de nous a cru ce que nous entendions dire ? Qui de nous a reconnu que c’était l’action du Seigneur ?

Car il a grandi devant le Seigneur comme une plante chétive, comme une racine sortie d’une terre aride. Il n’avait ni l’allure ni le l’éclat qui attirent les regards. Il était trop effacé pour se faire remarquer. Il était celui que l’on méprise, celui que l’on ignore, une victime, un souffre-douleur. Nous l’avons délaissé, nous l’avons mis de côté comme quelqu’un que l’on méprise du regard. Or, en fait, c’étaient nos propres maladies qu’il portait, et c’était notre propre punition qu’il subissait. Nous, nous pensions que c’était Dieu qui le châtiait ainsi, qui le frappait et l’humiliait. Or lui, c’est à cause de nos fautes à nous qu’il était transpercé, à cause de nos crimes à nous qu’il était anéantit.

C’est notre punition qu’il a subit. Nous sommes, nous, maintenant acquittés et dans ses blessures nous trouvons la guérison. Tous comme des moutons, nous étions errants, chacun suivant son propre chemin, et le Seigneur a fait retomber sur lui nos fautes à tous.

Soggy Bottom Boys
I’m A Man Of Constant Sorrow

Il s’est laissé maltraiter sans protester, sans rien dire, comme un agneau qu’on mène à l’abattoir, comme une brebis devant ceux qui la tondent. On l’a arrêté, jugé, écrasé, mais qui se souciait alors de son sort ? [qui se souciait] qu’il soit éliminé du monde des vivants ? qu’il soit frappé à mort du fait des crimes de mon peuple ? On l’a enterré avec les criminels et dans la mort, on l’a mis avec les riches, bien qu’il n’ait pas commis de violence ni pratiqué la fraude.

Le Seigneur a voulu l’écraser de souffrance et il a rétabli celui qui avait offert sa vie à la place des autres. [Oui,] il aura des descendants et il vivra encore longtemps. C’est lui qui [maintenant] réalisera le projet du Seigneur.

A cause de la peine qu’il a éprouvé, il verra la lumière de la vie, il en fera l’expérience parfaite. La multitude des hommes le reconnaîtront comme le vrai Juste, lui qui a subit leurs fautes. C’est pourquoi je le place au rang des plus grands, c’est avec les plus puissants qu’il partagera le butin. Car il s’est livré lui-même à la mort, il a partagé le sort des malfaiteurs, il a subit les fautes de beaucoup d’homme, et il est intervenu en faveur des coupables.

La splendeur à venir de Jérusalem

Bob Marley - Zion Train
Le train vers Jérusalem

Jérusalem, toi qui n’avais plus d’enfants, pousse des cris de joie. Toi qui ne mettais plus de fils au monde, éclate en cris de joie et d’enthousiasme. Car le Seigneur te dit : « Toi, la femme abandonnée, tu as maintenant plus d’enfants qu’une femme aimée par son mari. » Agrandis la tente où tu vis, tends des toiles supplémentaires, ne regarde pas à la dépense. Allonge les cordes de ta tente, consolide les piquets, car tu vas t’agrandir de tous côtés ; tes fils vont récupérer les territoires voisins, et tes villes désertées vont être repeuplées. Tu ne seras plus humiliée, n’aie donc pas peur. Tu ne seras plus déshonorée, ne te sens plus honteuse. Tu oublieras l’humiliation que tu ressentais dans ta jeunesse, tu ne penseras plus au déshonneur que tu éprouvais quand tu étais veuve. Car tu vas avoir pour époux celui qui t’a créée, celui qui a pour nom “Le Seigneur de l’univers” . C’est l’unique vrai Dieu, le Dieu d’Israël qui te libère, celui-là même qu’on nomme “Le Dieu de toute la terre” .

JPEG - 105.6 ko
Enluminure : la Jérusalem céleste

Comme une femme abandonnée tu étais plongée dans le chagrin. Mais ton Dieu déclare : Comment peut-on rejeter la femme qu’on a choisie quand on était jeune ? Pendant un court instant, je t’avais rejetée, mais, dans ma grande tendresse, je te reprends avec moi. Dans un accès momentané de colère, j’ai refusé de te voir, mais, dans mon amour sans fin, je te garde ma tendresse. C’est moi, le Seigneur, qui te le dis, moi qui prends ta cause en mains. Je vais faire aujourd’hui comme au temps de Noé : j’avais promis alors que la grande inondation ne submergerait plus la terre. Je te promets de même aujourd’hui de ne plus m’irriter et de ne plus te menacer. Même si les collines venaient à s’ébranler, même si les montagnes venaient à changer de place, l’amour que j’ai pour toi ne changera jamais, et l’engagement que je prends d’assurer ton bonheur restera inébranlable. C’est moi, le Seigneur, qui te le dis, moi qui te garde ma tendresse. »

Lauryn Hill - To Zion
The Miseducation Of Lauryn Hill
JeNnILoVeSmUsIc1

Malheureuse Jérusalem, secouée par la tempête, sans personne pour te réconforter ! Eh bien moi, dit le Seigneur, je vais te rebâtir en pierres décorées, refaire tes fondations en saphir, le haut de tes murailles en rubis, tes entrées en cristal, et tous tes remparts en pierres précieuses !

 2. Questions sur le texte

DM n°14

Sur une grande feuille recto, vous écrirez le numéro du DM, votre nom et votre classe, puis vous répondrez aux questions suivantes :

  1. Expliquez la phrase suivante : « Au début de son histoire, mon peuple alla se réfugier en Égypte ».
  2. Expliquez la phrase suivante : A la fin, les Assyriens le maltraitèrent".
  3. Dieu veut à nouveau aider son peuple. Pourquoi cela ? Répondez à cette question en expliquant cette phrase : "Ceux qui le tyrannisent sont triomphants. Et sans cesse mon nom est tourné en ridicule. C’est pourquoi, un de ces jours, mon peuple va savoir qui je suis ; il va le savoir, c’est moi qui dis : J’arrive ! »
  4. Résumez en une phrase le paragraphe qui commence par « Ruines de Jérusalem... »
  5. Dans le deuxième texte, il est question d’un serviteur de Dieu. Ce serviteur est dit « saint ». Donnez la définition de ce mot.
  6. Décrivez l’aspect de ce saint serviteur.
  7. Dieu promet de sauver son peuple par ce serviteur.
  8. Ce serviteur va souffrir : à cause de qui va-t-il souffrir ?
  9. En souffrant, il va à nouveau ouvrir le paradis. Quand avait-il été fermé ?
  10. Pourquoi peut-il entrer au paradis ? (expliquer le paragraphe « A cause de la peine... »).
  11. (Bonus) À votre avis, pourquoi le texte du serviteur est-il important aux yeux des chrétiens ?

Répondre à cet article