Psychologie morale

Puisque c’est par son activité que l’homme accède au bonheur, comme nous l’avons dit, il faut étudier maintenant la psychologie humaine pour savoir quels types d’activités nous mènent au bonheur et lesquels nous en détournent. Toutefois, les actes et les agissements humains portant sur des réalités concrètes, l’étude de l’activité humaine ne pourra trouver son achèvement que dans l’étude de ces réalités concrètes (la famille, l’entreprise, la société, etc). Et ainsi, l’étude de la psychologie humaine doit être générale d’abord, et particulière ensuite.

La psychologie générale comprend quant à elle deux parties : l’activité du psychisme humain (Pb. 6-48), et ce qui est à l’origine de cette activité (Pb. 49-114). Or, l’homme étant un animal conscient, l’activité du psychisme humain possède à la fois une spécificité humaine et des caractéristiques animales. Mais puisque le bonheur est une perfection spécifique à l’homme, c’est l’activité psychologique spécifiquement humaine qui nous intéresse d’abord. Nous étudierons donc d’abord l’activité psychologique spécifiquement humaine (Pb. 6-21), puis l’activité psychologique commune à l’homme et à l’animal, c’est à dire le jeu des émotions psychiques (Pb. 22-48).

Sur le premier point deux choses sont à envisager : la nature de l’activité humaine et son déroulement psychologique. Or, puisque l’activité humaine ne mérite à proprement parler ce titre que si elle est libre, que la liberté est l’aspiration de la conscience, c’est en fonction de sa liberté qu’il nous faut considérer l’activité humaine. Ainsi étudierons-nous en premier lieu ce qui est libre et ce qui ne l’est pas de manière générale (Pb. 6). Puis, nous étudierons l’activité qui émane directement de la liberté, à savoir les souhaits, et enfin nous étudierons l’activité qui procède indirectement de notre liberté via l’usage d’autres facultés psychologiques, c’est-à-dire les volontés.

Pour terminer, parce que l’activité humaine est toujours circonstanciée, après avoir délimité le champ de l’activité libre, nous étudierons les circonstances pour savoir comment elles influent sur la liberté de nos actes (Pb. 7).